La conception et l’ingénierie d’un pipeline et des installations connexes sont un processus long et détaillé.

La construction d’un pipeline consiste en un certain nombre d’activités distinctes qui contribuent chacune à l’intégrité à long terme du pipeline, tout en minimisant l’impact sur l’environnement et sur le propriétaire terrien.

L’intégrité des pipelines commence par l’approvisionnement des matériaux - les pipelines sont généralement construits en acier d’un diamètre variant de 100 mm à 1 200 mm (4 po à 48 po). L’acier utilisé est de la plus haute qualité. Les conduites sont fabriquées selon les spécifications rigoureuses de l’Association canadienne de normalisation (CSA), qui comprennent les caractéristiques chimiques et les propriétés des matériaux. Tout au long de la production, du transport sur le chantier et de l’installation, les processus de gestion de la qualité garantissent que les conduites répondent entièrement aux exigences. Dans le cadre du projet d’expansion Trans Mountain, nous utilisons trois méthodes de construction distinctes pour insérer les conduites dans le sol : la construction classique (souvent appelée services de base), la construction sans tranchée et la construction de franchissement d’eau.

Construction classique

La majorité du tracé sera construit de façon classique. C’est la technique de construction à laquelle les gens pensent lorsqu’ils imaginent l’installation de pipeline. Des ouvriers qualifiés utilisent de la machinerie spécialisée dans les 12 étapes importantes de la construction d’un pipeline.


Construction classique

Une fois qu’un pipeline est approuvé et que son tracé est définitif, les équipes procèdent à l’arpentage et au piquetage du droit de passage en vue de délimiter toute aire de travail temporaire nécessaire à la construction.

Le droit de passage est déboisé et la couche arable est retirée, empilée et protégée pour la remise en état future.

Le droit de passage est nivelé et classé pour offrir un espace de travail sécuritaire. L’équipe installe des clôtures antiérosion le long des bords des ruisseaux et des zones humides afin de freiner l’érosion du sol remué et de protéger les cours d’eau.

Les conduites individuelles, dont la longueur varie de 12 à 24 mètres, sont alignées bout à bout le long du droit de passage.

Pour permettre les changements de direction et l’adaptation au terrain, les joints de conduite sont pliés à l’aide d’une cintreuse hydraulique.

Les soudeurs assemblent les joints de conduite par des méthodes de soudage manuelle ou automatisée. Chaque soudure est inspectée et validée au moyen d’examens non destructifs, qui comprennent des rayons X et des ultrasons.

On applique un revêtement sur l’extérieur de la conduite pour prévenir la corrosion ou la rouille. La nouvelle conduite et toutes les réparations aux conduites existantes sont généralement faites par une couche d’époxyde lié par fusion. Dans les zones plus rocheuses, des revêtements externes améliorés comme le béton ou l’époxyde de fusion résistant à l’abrasion (ARO) seront utilisés pour protéger la conduite et pour fournir une protection mécanique supplémentaire. Avant d’abaisser la section de conduite dans la tranchée, un outil à haute tension vérifie l’intégrité du revêtement afin de détecter même le plus petit défaut. Si un défaut est constaté, un revêtement de réparation époxy est appliqué.

Les excavateurs creusent la tranchée à la profondeur requise et placent le sol excavé sur le côté.

Le pipeline soudé est ensuite placé dans la tranchée à l’aide d’appareils lourds de levage appelés flèches latérales.

Une fois le pipeline en place, on peut utiliser du sol de remblayage pour protéger la conduite. On remet ensuite le sous-sol puis la couche arable dans l’ordre selon lequel ils ont été enlevés.

L'essai hydrostatique sert à vérifier l'intégrité du pipeline avant son activation et son utilisation. Il s'agit d'une pratique industrielle bien établie qui permet de confirmer la capacité du pipeline à fonctionner en toute sécurité et de déterminer si des réparations sont nécessaires. Le processus consiste à remplir d'eau le segment de la conduite jusqu'à des limites de pression prédéterminées, et ce, pendant une période prolongée.

Des valves sont installées à des emplacements intermédiaires, comme l’exigent la conception du pipeline et le code de l’Association canadienne de normalisation. Les valves sont utilisées une fois que la conduite est opérationnelle pour fermer ou isoler une partie de la conduite.

La dernière étape consiste à remettre le droit de passage en état (enlever toutes les installations temporaires ainsi que réensemencer, replanter et restaurer la terre). Les travaux de plantation sont contrôlés sur le droit de passage pour assurer la sécurité des pipelines et la surveillance.

Construction de franchissement d’eau

Les techniques de construction de franchissement de cours d’eau et de rivières seront utilisées lorsque le pipeline traverse un plan d’eau. Deux techniques sont utilisées : l’isolation des cours d’eau (technique du barrage et de la pompe) ou le forage directionnel horizontal. Dans certains cas, lorsque les débits sont trop élevés pour isoler le cours d’eau et que les conditions géotechniques ne permettent pas l’utilisation de technologies sans tranchée, nous utiliserons une traversée en tranchée à ciel ouvert du cours d’eau selon les méthodes de construction classiques.

Avec la technique d’isolation des cours d’eau, le cours d’eau est temporairement endigué et détourné par des pompes temporaires ou par des canalisations, souvent appelées canaux de jaugeage. La canalisation est ensuite installée à l’aide des techniques de construction classiques avant que le barrage ne soit enlevé et que le cours d’eau ne reprenne sa trajectoire normale d’écoulement. On prend grand soin de préserver les caractéristiques environnementales autour du cours d’eau, comme l’habitat aquatique et la faune présents à l’intérieur de la zone riveraine.

Graphique de l’isolation des cours d’eau

Stream Isolation

Le présent graphique est en anglais seulement.
La technique du forage directionnel horizontal (FDH) est utilisée pour les franchissements de cours d’eau plus importants, selon les conditions géotechniques au point de franchissement. Cette méthodologie est décrite dans les technologies de construction sans tranchée.

La construction classique d’un pipeline peut se faire d’un côté ou l’autre de la rive d’un cours d’eau.

Trenchless-Technique.jpg?mtime=20170627041356#asset:944:url

Le présent graphique est en anglais seulement

Chargement en cours
Chargement en cours