Le programme d’engagement de Trans Mountain reflète les intérêts divers et variés des collectivités et des zones traversées par le pipeline, autour de ses installations, ainsi que les zones traversées par les navires-citernes. Trans Mountain se mobilise pour poursuivre son engagement tout au long de la durée de vie du PEMT, et son programme d’engagement des intervenants est conçu pour favoriser la participation du public qui a un intérêt dans le projet.

Nous établissons et maintenons des relations efficaces fondées sur le respect mutuel et la confiance pour atteindre nos objectifs commerciaux et communautaires respectifs. Un engagement ouvert, étendu et approfondi le long du corridor du pipeline et du corridor marin est une partie importante de notre projet.

Notre désir d’un engagement continu a commencé dès que nous avons annoncé le projet proposé en mai 2012. Le programme d’engagement des parties prenantes suit des principes définis. Nous avons eu de vastes discussions avec les collectivités; les groupes autochtones; les propriétaires terriens et les parties prenantes depuis plus de cinq ans — et notre engagement se poursuit. Des détails sur nos activités et nos résultats à ce jour sont disponibles ci-dessous.

Cet engagement ouvert, étendu et approfondi est une composante essentielle du projet. Nous croyons que votre rétroaction, vos questions, vos préoccupations et vos commentaires nous aideront à développer un meilleur projet.

Grâce à ces conversations continues, nous partageons l’information sur le projet et prenons en considération les commentaires, les préoccupations et les questions des intervenants. Nos méthodes de communication comprennent;

  • Le portail d’engagement en ligne de notre site Web du projet
  • Demandes de renseignements sur la ligne téléphonique et l’adresse électronique du projet.
  • Réunions en face à face, ateliers et séances d’information
  • Médias sociaux

Nous avons cherché à obtenir des commentaires sur des détails d’acheminement précis, ainsi que sur les impacts environnementaux et autres impacts locaux. Les intervenants ont fourni des commentaires sur de nombreux aspects du projet. Nous avons partagé cette information avec l’équipe du projet afin qu’elle soit prise en considération au cours de la planification continue du projet. Nous continuerons de partager les mises à jour du projet avec les intervenants et nous poursuivrons nos communications tout au long de la construction.

Voici un aperçu de haut niveau des possibilités d’engagement des parties prenantes que nous avons offertes depuis mai 2012, en commençant par nos activités les plus récentes.

Possibilités d’engagement des intervenants

Les 28, 29 et 30 novembre 2017, Trans Mountain a animé trois ateliers interactifs à Valemount, Blue River et Clearwater pour aider les entreprises locales à en apprendre davantage sur les possibilités d’approvisionnement, de fournisseurs et de sous-traitants dans le cadre du projet d’agrandissement de Trans Mountain. Chambre de commerce de Valemount L’atelier de Valemount a été accueilli par l’équipe de la Chambre de commerce de Valemount (en anglais), alors que les événements Blue River et Clearwater ont été organisés par Trans Mountain. Chambre de commerce de Valemount

Activités : Des représentants de Trans Mountain, de Ledcor Sicim Limited Partnership (LSLP), de WorleyParsonsCord, de Stantec Consulting et de WorleyParsonsons ont fourni des renseignements pour aider les entreprises à comprendre et à se préparer à d’éventuelles occasions d’approvisionnement, à maximiser les possibilités économiques du projet et à faire connaître les possibilités d’emploi et de formation à North Thompson.

Documentation :

Rétroaction : Plus de 100 participants de la communauté d’affaires locale intéressés par les possibilités d’approvisionnement et de fournisseurs dans le cadre du projet ont assisté aux trois ateliers, certains ont même voyagé de Barriere et de Kamloops. Ils ont rencontré les entrepreneurs principaux de Trans Mountain et en ont appris davantage sur le processus d’approvisionnement et les échéanciers du projet. L’équipe d’approvisionnement de Trans Mountain et les entrepreneurs généraux pour les sections de construction 3 et 4 ont répondu à des questions portant principalement sur la portée des travaux et l’échéancier.

Trans Mountain a demandé aux participants de l’atelier comment ils en ont entendu parler. Trans Mountain a aussi voulu en connaître davantage sur leurs entreprises (heures d’ouverture, nombre d’employés, type d’entreprise et coordonnées). La rétroaction nous a permis de recueillir de l’information pour nous aider à mieux comprendre la nature des entreprises intéressées à travailler avec Trans Mountain alors que nous planifions la construction.

La plupart des participants étaient des propriétaires de petites entreprises qualifiés et expérimentés ayant la capacité de fournir des biens, des services et des fournitures au projet pendant la construction. La taille des entreprises allait des grands fournisseurs de services industriels aux petites entreprises. La plupart des participants ont pris connaissance de cet atelier grâce à des invitations directes du projet d’agrandissement de Trans Mountain. Ces invitations ont été envoyées aux entreprises qui ont manifesté leur intérêt à fournir des biens et des services au projet sur le site Web de Trans Mountain, ainsi qu’aux participants qui avaient déjà assisté à des forums publics.

Les participants à l’atelier s’intéressaient au calendrier de construction, à la portée des travaux dans la région de North Thompson et aux possibilités d’approvisionnement local. Les entreprises ont profité de cette occasion pour présenter leurs services aux entrepreneurs généraux et étaient principalement intéressées à apprendre comment s’impliquer dans le processus d’approvisionnement. Il y avait aussi des entreprises d’hébergement locales qui s’informaient des besoins en matière d’hébergement pour les travailleurs, comme les hôtels, les parcs de véhicules récréatifs et les logements locatifs. Le développement des camps, l’accueil de la main-d’œuvre et l’utilisation de biens et services locaux étaient d’autres sujets d’intérêt.

Prochaines étapes : Trans Mountain et ses entrepreneurs se sont engagés à travailler avec les groupes autochtones, les groupes locaux, régionaux, communautaires et industriels afin de maximiser les possibilités d’emploi et d’affaires. Trans Mountain planifie des ateliers semblables à d’autres endroits le long du corridor pipelinier.

Le 8 novembre 2017, Trans Mountain a animé deux ateliers interactifs, animés par l’équipe de la Chambre de commerce d’Edmonton et le Chambre de commerce de Hinton (en anglais) pour aider les entreprises locales à en apprendre davantage sur les possibilités d’approvisionnement, de fournisseurs et de fournisseurs dans le cadre du projet d’agrandissement de Trans Mountain.

Activités : Des représentants de Trans Mountain, Midwest Pipelines Inc, WorleyParsonsCord, Stantec Consulting, SIMPCW Ledcor et WorleyParsons ont fourni de l’information aux entreprises pour les aider à maximiser les possibilités économiques du projet, aider les entreprises à comprendre et à se préparer aux possibilités d’approvisionnement, et les sensibiliser aux possibilités d’emploi et de formation dans la région métropolitaine d’Edmonton, le comté de Yellowhead et les régions de Hinton et d’Edson.

Documentation :

Rétroaction : Plus de 130 participants du milieu des affaires intéressés par les possibilités d’approvisionnement et de fournisseurs dans le cadre du projet ont assisté à l’atelier d’Edmonton et plus de 80 participants ont assisté à l’atelier de Hinton. L’appui au projet a été vivement exprimé et les participants avaient de nombreuses questions sur les délais et le processus d’approvisionnement. L’équipe d’approvisionnement de Trans Mountain et les entrepreneurs généraux ont répondu à des questions portant principalement sur la portée des travaux et l’échéancier. Les commentaires des participants à l’atelier ont été recueillis. Trans Mountain a demandé de l’information sur les entreprises des participants et comment ils ont entendu parler de cet atelier. La rétroaction nous a permis de recueillir de l’information pour nous aider à mieux comprendre la nature des entreprises intéressées à travailler avec Trans Mountain alors que nous planifions la construction. Les renseignements utiles recueillis comprennent des renseignements sur les heures d’ouverture, le nombre d’employés, le type d’entreprise et les coordonnées des personnes-ressources.

Les participants à l’atelier allaient des fournisseurs de services de longue date de Trans Mountain à ses activités existantes, en passant par les entreprises qui étaient nouvelles pour Trans Mountain. La taille des entreprises allait des grands fournisseurs de services industriels aux petites entreprises. La plupart des participants ont pris connaissance de cet atelier grâce à la publicité promotionnelle des Chambres de commerce et aux invitations directes du projet d’expansion de Trans Mountain. Des invitations directes ont été envoyées aux entreprises qui ont manifesté leur intérêt à fournir des biens et des services au projet sur le site Web de Trans Mountain.

Les participants à l’atelier s’intéressaient au calendrier de construction, à la portée des travaux dans la région du Grand Edmonton et de Yellowhead et aux possibilités d’approvisionnement local. Les entreprises ont profité de cette occasion pour présenter leurs services aux entrepreneurs généraux et étaient principalement intéressées à apprendre comment s’impliquer dans le processus d’approvisionnement.

Prochaines étapes : Trans Mountain et ses entrepreneurs se sont engagés à travailler avec les groupes autochtones, les groupes locaux, régionaux, communautaires et industriels afin de maximiser les possibilités d’emploi et d’affaires. Trans Mountain planifie des ateliers semblables à d’autres endroits le long du corridor pipelinier.

Kiewit Ledcor TMEP Partnership (KLTP), en tant qu’entrepreneur général pour les Basses-Terres continentales de la Colombie-Britannique, y compris le terminal maritime Westridge (WMT), a déposé une demande de permis de projet en août 2017 auprès de la Vancouver Fraser Port Authority (VFPA) pour l’aménagement du site 1 - 2115 rue Commissioner à Vancouver comme site d’infrastructure temporaire à l’appui de la construction du PETM. Site 1 - 2115, rue Commissioner. Le site du projet sera aménagé pour accueillir une installation de déchargement maritime temporaire et une cour de dépôt, ainsi qu’un stationnement pour les employés et un service de taxi maritime. Le projet de la rue Commissioner est entièrement situé sur des terres et des eaux fédérales gérées par l’APVF à Vancouver, en Colombie-Britannique, et un permis de projet de l’administration portuaire est donc requis.

Activités : Trans Mountain et KLTP ont mené des consultations publiques conformément aux lignes directrices établies de la VFPA pour les processus de consultation publique pendant la phase d’examen des demandes dans le cadre du processus d’examen des projets et de l’environnement (RAP). La consultation au cours de la période de commentaires a été amorcée au moyen d’une trousse d’information envoyée par la poste, de publications en ligne sur le site Internet du projet et la distribution de matériel supplémentaire lors d’événements publics.

Trans Mountain et KLTP ont également présenté au Comité de liaison des terrains portuaires de Vancouver-Est (EVPL) une semaine avant la période de commentaires du public afin de répondre aux questions sur la proposition de projet et d’obtenir une rétroaction rapide sur les questions qui préoccupent le plus les entreprises et les résidents de la région.

Documentation :

Prochaines étapes : Le rapport sommaire de la consultation et le rapport d’examen ont été acceptés par l’APVF et sont maintenant disponibles ci-dessous ou sur le site Web de l’APVF (en anglais). L’examen du permis de projet de l’APVF est en cours; sous réserve de l’approbation du permis, les travaux de construction du projet de la rue Commissioner devraient débuter en janvier 2018.

Le 14 septembre 2017, Trans Mountain a animé un atelier interactif, organisé par le Burnaby Board of Trade (en anglais) pour aider les entreprises locales à en apprendre davantage sur les possibilités d’approvisionnement, de fournisseurs et de sous-traitance dans le cadre du projet d’agrandissement de Trans Mountain.

Activités : Des représentants de Trans Mountain et du Kiewit-Ledcor Trans Mountain Partnership (KLTP), l’entrepreneur général de construction pour la partie du projet située dans les Basses-Terres continentales, ont fourni de l’information aux entreprises pour les aider à maximiser les possibilités économiques du projet, aider les entreprises à comprendre et à se préparer à d’éventuelles possibilités d’approvisionnement, et les sensibiliser aux possibilités d’emploi et de formation à Burnaby et dans toutes les Basses-Terres continentales.

Documentation :

Rétroaction : Plus de 90 participants du milieu des affaires intéressés par les possibilités d’approvisionnement et de sous-traitance dans le cadre du projet ont assisté à l’atelier. L’appui au projet a été exprimé et de nombreux participants ont exprimé leur intérêt à participer à d’autres ateliers de préparation aux affaires le long du tracé du pipeline pour rencontrer les autres entrepreneurs généraux de construction. L’équipe d’approvisionnement de Trans Mountain et KLTP a répondu à des questions portant principalement sur la portée des travaux et l’échéancier. Les commentaires des participants à l’atelier ont été recueillis. Trans Mountain a demandé de l’information sur les entreprises des participants et comment ils ont entendu parler de cet atelier. La rétroaction nous a permis de recueillir de l’information pour nous aider à mieux comprendre la nature des entreprises intéressées à travailler avec Trans Mountain alors que nous planifions la construction. Les renseignements utiles recueillis comprennent des renseignements sur les heures d’ouverture, le nombre d’employés, le type d’entreprise et les coordonnées des personnes-ressources.

Les participants à l’atelier allaient des fournisseurs de services de longue date de Trans Mountain à ses activités existantes, en passant par les entreprises qui étaient nouvelles pour Trans Mountain. La taille des entreprises allait des grands fournisseurs de services industriels aux petites entreprises. La plupart des participants ont pris connaissance de cet atelier grâce à la publicité promotionnelle du Burnaby Board of Trade et aux invitations directes du projet d’expansion de Trans Mountain. Des invitations directes ont été envoyées aux entreprises qui ont manifesté leur intérêt à fournir des biens et des services au projet sur le site Web de Trans Mountain.

Les participants à l’atelier s’intéressaient au calendrier de construction, à la portée des travaux dans la région des Basses-Terres continentales et aux possibilités d’approvisionnement local. Les entreprises ont profité de cette occasion pour présenter leurs services à KLTP et étaient principalement intéressées à apprendre comment s’impliquer dans le processus d’approvisionnement. D’autres entreprises souhaitaient également desservir les opérations existantes de Trans Mountain et à se renseigner sur les possibilités d’entrepreneuriat à long terme après la construction de l’agrandissement.

Prochaines étapes : Trans Mountain et ses entrepreneurs se sont engagés à travailler avec les groupes autochtones, les groupes locaux, régionaux, communautaires et industriels afin de maximiser les possibilités d’emploi et d’affaires. Trans Mountain planifie des ateliers semblables à d’autres endroits le long du corridor pipelinier.

Le 21 septembre 2017, Trans Mountain a organisé une séance d’information à l’intention des voisins de notre terminal maritime de Westridge, du terminal et du pipeline de Burnaby et du tracé du PETM à Burnaby. Cet événement a été l’occasion de partager les détails de construction et les mises à jour concernant les activités de construction au terminal maritime de Westridge, au terminal de Burnaby, au tunnel de montagne de Burnaby et le long du pipeline.

Activités : Des experts en la matière étaient disponibles pour répondre à des questions sur des sujets d’intérêt tels que le calendrier de construction, les impacts de la construction et les mesures d’atténuation, les interventions d’urgence et plus encore. L’information ci-dessous donne un aperçu de ce qui a été partagé lors de cet événement.

Trans Mountain a organisé deux événements dans le quartier Fraser Heights de Surrey : une séance d’information pour la Fraser Valley Neighbourhood Association le 27 juin 2017 qui comprenait de l’information en anglais et en mandarin; et une mise à jour de la Fraser Heights Community Association le 29 juin 2017. Trans Mountain a fait le point sur le projet et a eu l’occasion d’en apprendre davantage sur des sujets d’intérêt, y compris le tracé de Surrey, la sécurité pipelinière et la façon dont Trans Mountain prévoit atténuer l’impact temporaire de la construction dans le quartier. Trans Mountain a également sollicité des commentaires sur les préférences quant à la réception d’information et d’avis sur la construction. Cliquez ici pour l’information des deux sessions.

Documentation : L’information qui suit décrit le contenu qui a été partagé lors des ateliers :

L’information fournie ci-dessous donne un aperçu du contenu qui a été partagé lors de la séance d’information du 7 mars 2017 à Hope afin que les résidents locaux puissent en apprendre davantage sur la planification du projet.

Activités : Un certain nombre d’experts de Trans Mountain étaient disponibles à la séance d’information pour répondre à des questions sur les méthodes de construction et les mesures d’atténuation, les plans de protection de l’environnement, l’hébergement des travailleurs, les emplois et les possibilités d’approvisionnement, ainsi que d’autres sujets d’intérêt.

Documentation :

·Aperçu du projet (PDF en anglais)

·Avantages économiques, approvisionnement et emplois (PDF en anglais)

·Sécurité des pipelines (PDF en anglais)

·Construction (PDF en anglais)

·Gestion du trafic (PDF en anglais)

·Protection et remise en état de l’environnement (PDF en anglais)

·Routage (PDF en anglais)

·Communication (PDF en anglais)

·Plans de protection de l’environnement

Cartes

·Hope

·Carte du projet

Rétroaction : Le dialogue continu et la rétroaction nous aident à comprendre et à répondre aux questions et aux préoccupations particulières concernant la construction et l’exploitation du pipeline et les installations connexes. Les commentaires ont été recueillis par le biais de notre sondage qui a été en ligne jusqu’au 20 mars 2017.

Prochaines étapes : Trans Mountain et ses entrepreneurs se sont engagés à travailler avec les collectivités afin de minimiser les répercussions de la construction et de maximiser les possibilités pour les résidents autochtones, locaux et régionaux. Nous continuerons de nous engager et de communiquer avec les communautés avant et pendant la construction.

Le 8 mars 2017, Trans Mountain a organisé une séance d’information afin que les résidents locaux puissent en apprendre davantage sur le tracé, les plans et les calendriers de construction du projet, ainsi que sur les impacts potentiels sur la collectivité et les mesures d’atténuation.

Activités : Un certain nombre d’experts de Trans Mountain étaient disponibles à la séance d’information pour répondre à des questions sur le tracé, le processus de construction, les droits des propriétaires terriens, la protection de l’aquifère Sardis-Vedder, ainsi que d’autres sujets d’intérêt. L’information ci-dessous donne un aperçu du contenu de cette séance.

Documentation :

Rétroaction : Dans tout projet d’envergure, il est important de garder les voies de communication ouvertes. Nous avons demandé aux résidents comment ils préfèrent que nous leur fassions parvenir l’information sur la construction et les projets et à quelle fréquence, en remplissant un sondage sur leurs préférences en matière de communication.

Prochaines étapes : Trans Mountain continue de rencontrer les propriétaires terriens afin d’identifier et d’aborder les intérêts et d’élaborer des ententes sur les terres pour l’utilisation temporaire des propriétés dont nous avons besoin pour la construction. En mars 2017, Trans Mountain a déposé son tracé détaillé pour Chilliwack auprès de l’ONE, qui décrit en détail la portion exacte du droit de passage pipelinier que l’on se propose de traverser ainsi que le nom des propriétaires et des occupants des parcelles de terrain.

Le 22 février 2017, Trans Mountain a organisé une séance d’information afin que les résidents locaux puissent en apprendre davantage sur les plans et les calendriers de construction du projet, ainsi que sur les impacts potentiels sur la collectivité et les mesures d’atténuation.

Activités : Un certain nombre d’experts de Trans Mountain étaient disponibles à la séance d’information pour répondre à des questions sur les méthodes de construction et les mesures d’atténuation, les plans de protection de l’environnement, l’hébergement des travailleurs, les emplois et les possibilités d’approvisionnement, ainsi que d’autres sujets d’intérêt. L’information ci-dessous donne un aperçu du contenu de cette séance.

Documentation :

·Construction — Partie 1 (PDF en anglais)

·Construction — Partie 2 (PDF en anglais)

·Accueil de la main-d’œuvre (PDF en anglais)

·Remise en état et atténuation des effets sur l’environnement (PDF en anglais)

·Avantages économiques et emplois — Partie 1 (PDF en anglais)

·Avantages économiques et emplois — Partie 2 (PDF en anglais)

·Plans de protection de l’environnement

Cartes

·Merritt (PDF en anglais)

Présentation

·Merritt (PDF en anglais)

Rétroaction : Le dialogue continu et les rétroactions nous aident à comprendre et à répondre aux questions et aux préoccupations particulières concernant la construction et l’exploitation du pipeline et les installations connexes. Les commentaires ont été recueillis lors de la séance d’information et par le biais de notre sondage qui a été en ligne jusqu’au 15 mars 2017. Les sujets d’intérêt comprenaient les possibilités d’emploi et d’approvisionnement ainsi que le tracé et la gestion des eaux souterraines.

Prochaines étapes : Trans Mountain va de l’avant avec la planification du projet nécessaire pour commencer la construction dans l’intérieur de la C.-B. en septembre 2017. Les activités initiales de construction comprennent le déboisement du droit de passage, la préparation d’espaces de travail temporaires et la mise en place de franchissements de rivières sans tranchée. La construction du pipeline commencera à Hargreaves dans la vallée de Thompson Nord et progressera vers le sud au cours de la période de construction de 2017 à 2019.

En février 2017, Trans Mountain a organisé une séance d’information afin que les résidents locaux puissent en apprendre davantage sur les plans et les calendriers de construction du projet, ainsi que sur les impacts potentiels sur la collectivité et les mesures d’atténuation.

Les séances ont eu lieu à Valemount le 7 février 2017, à Blue River le 8 février 2017, à Clearwater le 9 février 2017 et à Barriere le 21 février 2017 : Un certain nombre d’experts de Trans Mountain étaient disponibles pour répondre à des questions sur les méthodes de construction et les mesures d’atténuation, les plans de protection de l’environnement, l’hébergement des travailleurs, les emplois et les possibilités d’approvisionnement, ainsi que d’autres sujets d’intérêt. L’information ci-dessous donne un aperçu du contenu de ces séances.

Documentation :

·Construction — Partie 1 (PDF en anglais)

·Construction — Partie 2 (PDF en anglais)

·Accueil de la main-d’œuvre (PDF en anglais)

·Remise en état et atténuation des effets sur l’environnement (PDF en anglais)

·Avantages économiques et emplois — Partie 1 (PDF en anglais)

·Avantages économiques et emplois — Partie 2 (PDF en anglais)

·Plans de protection de l’environnement

Cartes

·Village de Valemount

·Avola

·Blue River

·Clearwater/Vavenby

·Barriere

La section 3 comprend la région allant de Hargreaves à Blue River (Section 3)

La section 4 comprend la région allant de Blue River à la station de pompage Darfield (Section 4)

Présentation

·Village de Valmount

·Blue River

·Clearwater

·Barriere

Rétroaction : Le dialogue continu et les rétroactions nous aident à comprendre et à répondre aux questions et aux préoccupations particulières concernant la construction et l’exploitation du pipeline et les installations connexes. Les commentaires ont été recueillis lors des événements et par le biais de notre sondage qui a été en ligne jusqu’au 15 mars 2017. Il y avait un vif intérêt pour les emplois et les possibilités d’approvisionnement dans toutes les collectivités, et les intervenants de Blue River, Valemount et Clearwater s’intéressaient particulièrement aux possibilités associées à l’hébergement de la main-d’œuvre. Les propriétaires terriens présents aux séances d’information cherchaient à obtenir des renseignements supplémentaires sur le calendrier et les répercussions de la construction.

Prochaines étapes : Trans Mountain va de l’avant avec la planification du projet nécessaire pour commencer la construction dans l’intérieur de la C.-B. en septembre 2017. Les activités initiales de construction comprennent le déboisement du droit de passage, la préparation d’espaces de travail temporaires et la mise en place de franchissements de rivières sans tranchée. La construction du pipeline commencera à Hargreaves dans la vallée de Thompson Nord et progressera vers le sud au cours de la période de construction de 2017 à 2019.

Le 23 février 2017, Trans Mountain a organisé une séance d’information à Kamloops afin que les résidents locaux puissent en apprendre davantage sur les plans et les calendriers de construction du projet, ainsi que sur les impacts potentiels sur la collectivité et les mesures d’atténuation.

Activités : Un certain nombre d’experts de Trans Mountain étaient disponibles à la séance d’information pour répondre à des questions sur les méthodes de construction et les mesures d’atténuation, les plans de protection de l’environnement, l’hébergement des travailleurs, les emplois et les possibilités d’approvisionnement, ainsi que d’autres sujets d’intérêt. L’information ci-dessous donne un aperçu du contenu de cette séance.

Documentation :

·Construction — Partie 1 (PDF en anglais)

·Construction — Partie 2 (PDF en anglais)

·Accueil de la main-d’œuvre (PDF en anglais)

·Remise en état et atténuation des effets sur l’environnement (PDF en anglais)

·Avantages économiques et emplois — Partie 1 (PDF en anglais)

·Avantages économiques et emplois — Partie 2 (PDF en anglais)

·Plans de protection de l’environnement

Cartes

·Kamloops Nord (PDF en anglais)

·Kamloops Sud (PDF en anglais)

·Black Pines (PDF en anglais)

Présentation

·Kamloops (PDF en anglais)

Rétroaction : Le dialogue continu et les rétroactions nous aide à comprendre et à répondre aux questions et aux préoccupations particulières concernant la construction et l’exploitation du pipeline et les installations connexes. Les commentaires ont été recueillis lors de l’événement et par le biais de notre sondage qui a été en ligne jusqu’au 15 mars 2017. Les sujets d’intérêt comprenaient les possibilités d’emploi et d’approvisionnement, le processus d’embauche et d’attribution de contrats et la remise en état des terrains.

Prochaines étapes : Trans Mountain va de l’avant avec la planification du projet nécessaire pour commencer la construction dans l’intérieur de la C.-B. en septembre 2017. Les activités initiales de construction comprennent le déboisement du droit de passage, la préparation d’espaces de travail temporaires et la mise en place de franchissements de rivières sans tranchée. La construction du pipeline commencera à Hargreaves dans la vallée de Thompson Nord et progressera vers le sud au cours de la période de construction de 2017 à 2019.

Afin de faciliter le projet d’agrandissement, Trans Mountain va de l’avant avec le programme de réactivation de la section de 24 pouces du pipeline qui traverse le parc national Jasper. Dans le cadre de nos activités d’engagement, Trans Mountain a tenu une séance d’information à Jasper le 26 janvier 2017 afin que les résidents locaux puissent en apprendre davantage sur nos plans de réactivation.

Activités : Des experts en la matière étaient sur place pour aborder des sujets précis, comme les travaux à entreprendre pour réactiver le pipeline, l’intégrité du pipeline, les plans de protection de l’environnement, les mesures d’atténuation prévues et la gestion des urgences.

Documentation :

Rétroaction : Parmi les principaux thèmes de rétroaction qui sont ressortis des discussions, mentionnons les travaux à entreprendre pour réactiver le pipeline, l’intégrité du pipeline, les mesures d’atténuation prévues, la gestion des urgences et les plans de protection de l’environnement. La sécurité du public et des travailleurs est la priorité principale de Trans Mountain.

Prochaines étapes : Les améliorations de la conception détaillée et la planification de la construction se poursuivent. Nous continuerons à nous engager et à communiquer au sujet de nos activités avant et pendant la réactivation, et nous nous engageons à faire en sorte que les impacts liés à la réactivation posent le moins de perturbation possible pour nos voisins.

Le 28 janvier 2017, Trans Mountain a organisé une séance d’information à Edmonton afin que les résidents locaux puissent en apprendre davantage sur les plans et les calendriers de construction du projet, ainsi que sur les impacts potentiels sur la collectivité et les mesures d’atténuation.

Activités : Des spécialistes et des experts techniques étaient disponibles pour fournir de l’information et répondre aux questions sur les plans de protection de l’environnement, l’hébergement de la main-d’œuvre et les plans visant à minimiser les perturbations pour les résidents pendant la construction. L’information ci-dessous donne un aperçu du contenu de cette séance.

Documentation :

Rétroaction : La séance a été l’occasion pour les participants d’en apprendre davantage sur les possibilités d’emploi et d’approvisionnement et sur la façon de s’inscrire aux prochaines mises à jour sur les fournisseurs et la main-d’œuvre. Les commentaires et la rétroaction recueillis nous aideront à créer un projet plus fort, plus sécuritaire et plus réceptif.

Prochaines étapes : Trans Mountain va de l’avant avec la planification de la construction qui devrait débuter en septembre 2017. Trans Mountain continuera de faire participer les voisins le long du corridor pipelinier afin de fournir de l’information sur la façon dont les activités de construction seront menées à bien en toute sécurité, tout en minimisant les perturbations dans les collectivités pipelinières.

Le 30 janvier 2017, Trans Mountain a tenu une séance d’information au Strathcona County Community Centre afin que les membres de la collectivité de Sherwood Park puissent en apprendre davantage sur les améliorations apportées à la conception détaillée du terminal d’Edmonton.

Activités : Des spécialistes de projet et des experts techniques étaient disponibles pour fournir de l’information et répondre aux questions sur les plans de protection de l’environnement, les impacts de la construction et les mesures d’atténuation. Les participants ont également reçu de l’information sur les possibilités d’emploi et d’approvisionnement et sur la façon de s’inscrire aux mises à jour à venir sur les fournisseurs et la main-d’œuvre. L’information ci-dessous donne un aperçu du contenu de cette séance.

Documentation :

Ces séances d’information aident Trans Mountain à répondre aux exigences en matière de partage de l’information et de participation liées aux Conditions de l’ONE ainsi qu’aux conditions d’autres permis et engagements.

Prochaines étapes : Trans Mountain va de l’avant avec la planification de la construction qui devrait débuter en septembre 2017. Trans Mountain continuera de faire participer les voisins le long du corridor pipelinier afin de fournir de l’information sur la façon dont les activités de construction seront menées à bien en toute sécurité, tout en minimisant les perturbations dans les collectivités pipelinières.

En janvier 2017, Trans Mountain a organisé une séance d’information afin que les résidents locaux puissent en apprendre davantage sur les plans et les calendriers de construction du projet, ainsi que sur les impacts potentiels sur la collectivité et les mesures d’atténuation.

Les séances ont eu lieu dans le comté de Parkland le 23 janvier, à Edson le 24 janvier 2017 et à Hinton le 25 janvier 2017.

Activités : Des experts en la matière étaient sur place pour aborder des sujets précis, comme le tracé, les plans de protection de l’environnement, le calendrier de construction et les mesures d’atténuation prévues. L’information ci-dessous donne un aperçu du contenu de ces séances.

Documentation :

Rétroaction : La séance a été l’occasion pour les participants de nous faire part de leurs commentaires afin de nous aider à déterminer comment nous pouvons mener à bien les activités de construction de façon sécuritaire et efficace tout en minimisant les perturbations pour nos voisins et en protégeant l’environnement. Les commentaires et la rétroaction recueillis nous aideront à créer un projet plus fort, plus sécuritaire et plus réceptif.

Prochaines étapes : Les améliorations de la conception détaillée et la planification de la construction se poursuivent. Nous sommes déterminés à faire en sorte que les impacts de la circulation liés à la construction dérangent le moins possible les résidents, les propriétaires terriens, les entreprises et les collectivités avoisinantes. L’information nouvelle sera communiquée au fur et à mesure que les travaux avanceront.

Le 4 janvier 2017, Trans Mountain a tenu une séance d’information à Burnaby afin que les résidents locaux puissent en apprendre davantage sur la construction du tunnel du mont Burnaby, du terminal de Burnaby et du terminal maritime de Westridge, ainsi que sur les plans de protection de l’environnement connexes.

Activités : Des experts en la matière étaient sur place pour aborder des sujets précis, comme les plans de protection de l’environnement, le calendrier de construction et les mesures d’atténuation prévues. La séance a aussi été l’occasion pour les participants de nous faire part de leurs commentaires sur comment nous pouvons mener à bien les activités de construction de façon sécuritaire et efficace tout en minimisant les perturbations pour nos voisins et en protégeant l’environnement. L’information ci-dessous donne un aperçu du contenu de cette séance.

Documentation :

·Aperçu du projet (PDF en anglais)

·Sécurité des pipelines (PDF en anglais)

·Terminal et tunnel de Burnaby (PDF en anglais)

·Terminal maritime de Westridge (PDF en anglais)

·Minimiser les perturbations pendant la construction (PDF en anglais)

·Gestion du trafic (PDF en anglais)

·Remise en état (PDF en anglais)

·Plans de protection de l’environnement

Rétroaction : Trans Mountain a abordé les questions et les préoccupations lors de la séance d’information et s’efforcera de limiter le bruit, la poussière et l’éclairage nocturne pendant la construction afin de minimiser les perturbations pour les voisins. Nous sommes déterminés à faire en sorte que les impacts de la circulation liés à la construction dérangent le moins possible les résidents, les propriétaires terriens, les entreprises et les collectivités avoisinantes.

Prochaines étapes : Les améliorations de la conception détaillée et la planification de la construction se poursuivent. Les préparatifs du site du terminal maritime de Westridge devraient commencer en août 2017, et ceux du tunnel du mont Burnaby et du terminal de Burnaby en septembre 2017. Nous continuerons à nous engager et à communiquer au sujet de nos activités avant et pendant la construction, et nous établirons une liaison communautaire pour partager l’information et répondre aux questions de la communauté. L’information nouvelle sera communiquée au fur et à mesure que les travaux avanceront.

Au fur et à mesure que le projet d’agrandissement progresse dans la planification et la conception, Trans Mountain continue de s’engager auprès des résidents et des entreprises des collectivités situées le long du tracé du pipeline afin de mieux comprendre comment les activités de construction, dont le début était prévu en septembre 2017, affecteront nos voisins. En octobre 2016, Trans Mountain a organisé une conversation publique avec des entreprises locales le long du tracé PETM proposé dans le quartier industriel de Lake City, le long de la promenade East Lake et de l’avenue Underhill à Burnaby (C.-B.). Le but de cette occasion d’engagement était de discuter avec les voisins des perturbations temporaires potentielles pendant la construction, conformément à la condition 73 de l’ONE, les plans de contrôle de la circulation sur les routes publiques.

L’équipe des activités de Trans Mountain et des experts techniques ont rencontré les voisins d’East Lake dans un café local pour discuter du calendrier et de l’état du projet, du tracé proposé le long de la promenade East Lake et de l’avenue Underhill, des plans de construction, de l’atténuation des impacts temporaires potentiels et d’un point d’accès secondaire proposé au terminal de Burnaby au large de Gaglardi Way. Plusieurs de nos voisins ont exprimé leur appui au projet et souhaitaient en savoir plus sur le tracé dans la région. Trans Mountain a livré en mains propres plus de 100 invitations à des entreprises locales et a également envoyé des invitations électroniques à celles pour lesquelles nous avions des adresses électroniques. Au total, 10 participants ont assisté à l’événement.

Documentation : L’information qui suit décrit le contenu qui a été partagé lors des ateliers : Carte générale d’acheminement de la zone, Cartes du tracé proposé le long du lac Eastlake et Underhill, y compris le terminal Burnaby et le point d’accès secondaire proposé au large du chemin Gaglardi., Cartes montrant la méthodologie de construction dans la région., Aperçu du projet, Avantages du projet, Aperçu des avantages du projet, Document sur les avantages économiques, Calendrier du projet

Rétroaction : Les principaux thèmes de rétroaction découlant des discussions sont les suivants :

  • Intérêt pour d’autres tracés pipeliniers et interrogations au sujet du passage de la ligne dans la rue.
  • Intérêt pour le calendrier du projet d’expansion et en attente de l’approbation du gouvernement fédéral.
  • Aucune préoccupation n’a été exprimée au sujet du point d’accès secondaire proposé de la voie Gaglardi.

Trans Mountain a répondu à toutes les questions et préoccupations lors de la conversation publique sur le café et a fait le suivi auprès des voisins, tel que demandé.

Prochaines étapes : Trans Mountain continue d’aller de l’avant avec la planification, les travaux de conception et la délivrance de permis pour le projet d’agrandissement, et poursuivra son désir d’engagement continu et de recevoir les commentaires des voisins et des intervenants le long du tracé du pipeline. La date de mise en service du projet est prévue pour la fin de 2019.

Dans le cadre du projet d’expansion du pipeline Trans Mountain, nous continuons d’élaborer nos plans de construction et d’atténuer les impacts liés à la construction au terminal maritime de Westridge, au terminal d’entreposage de Burnaby et au tunnel du mont Burnaby. En novembre 2016, Trans Mountain a invité des représentants des quartiers, des organisations et des administrations locales les plus touchés par la construction et l’exploitation d’un terminal maritime Westridge agrandi, d’un terminal Burnaby agrandi et du tunnel entre les terminaux Westridge et Burnaby lors de deux ateliers. L’objectif des ateliers était de donner un aperçu de la construction et de rédiger des plans de protection de l’environnement pour les deux terminaux et le tunnel, ainsi que de répondre aux questions, de recueillir des commentaires sur les plans de protection de l’environnement et de cerner toute nouvelle préoccupation à prendre en considération au cours de la planification de la construction.

Activités : Trans Mountain a invité plus de 100 représentants aux deux ateliers et a encouragé leur participation. Les deux ateliers comprenaient un atelier sur le terminal maritime et le tunnel de Westridge dans la matinée du 24 novembre 2016 et un deuxième atelier sur le terminal de Burnaby en après-midi. Les commentaires ont été recueillis au cours de la journée dans le cadre d’une série de discussions en groupe et en petits groupes.

Documentation : L’information qui suit décrit le contenu qui a été partagé lors des ateliers : Plans de gestion de l’air et des émissions fugitives au Terminal de Burnaby, Plans de gestion de l’air et des émissions fugitives au Terminal maritime de Westridge, Mise à jour des plans de construction du terminal et du tunnel de Burnaby, Mise à jour des plans de construction du terminal et du tunnel Westridge, Plans de protection de l’environnement au Terminal et tunnel de Burnaby, Plans de protection de l’environnement Terminal maritime et tunnel de Westridge, Plans pour le milieu marin, Plans de gestion du bruit, Gestion de la circulation au terminal de Burnaby, Gestion du trafic au terminal maritime de Westridge, Cours d’eau au Terminal de Burnaby et Plan de gestion des mauvaises herbes et de la végétation.

Rétroaction : Les principaux thèmes communiqués à Trans Mountain dans le cadre de l’atelier comprennent la surveillance de la qualité de l’air, y compris le bruit et les émissions; la surveillance des oiseaux pour les impacts du bruit de construction et de la qualité de l’air, particulièrement au large du terminal maritime de Westridge et à Maplewood Flats à Vancouver Nord, en Colombie-Britannique; l’organisation d’une réunion avec le Lower Fraser Valley Air Quality Coordinating Committee (LFVAQCC) au T1 2017 pour examiner les principaux sujets relatifs à la qualité de l’air et l’utilisation d’innovations dans les méthodes de contrôle du bruit.

Le public a manifesté de l’intérêt pour la diffusion de l’information sur la qualité de l’eau, l’intégrité globale des cours d’eau près du terminal, l’atténuation des risques liés à la construction de tunnels liés à l’hydrogéologie du mont Burnaby et l’examen des innovations et des nouvelles approches pour gérer les mauvaises herbes.

Les suggestions de compensation de l’habitat comprennent l’examen des moyens de décourager la colonisation des structures de quai par des espèces marines envahissantes; l’intégration de l’amélioration de l’habitat au mur d’avant-plage proposé au terminal maritime agrandi de Westridge; et la compensation de l’habitat des rivages meubles (par opposition aux récifs rocheux).

Les participants ont également exprimé leur intérêt à l’égard des mesures de gestion de la circulation pour l’accès au terminal de Burnaby, le long de la rue Shellmont et l’accès proposé à Gaglardi pendant la construction; de l’accès à l’électricité à terre pour les navires-citernes; de la compréhension du processus de gestion des plaintes et du rôle de liaison avec la collectivité; et de l’utilisation de fournisseurs locaux pendant la construction.

Prochaines étapes : Trans Mountain continue de peaufiner ses plans de construction et d’atténuation relatifs aux deux terminaux de Burnaby et au tunnel en se fondant sur l’ingénierie détaillée, la conception et la planification de la construction, les études et les commentaires reçus dans le cadre de ce projet et d’autres activités. Plus de détails sur ces plans seront partagés au T1-3 2017 avec d’autres occasions de fournir de la rétroaction et de poser des questions.

Trans Mountain continue d’explorer des façons d’offrir une variété d’occasions aux intervenants de partager leurs commentaires sur le projet proposé — particulièrement de nouveaux outils utilisant l’Internet. En mai 2015, Trans Mountain a lancé deux sondages en ligne et un webinaire. Ces deux éléments ont donné aux intervenants l’occasion de commenter le projet, qu’ils aient assisté à un événement en personne ou qu’ils aient préféré participer en ligne. Les nouveaux outils d’engagement ont fait l’objet d’une promotion sur la page d’accueil du site Web de Trans Mountain, sur la page Parlons Trans Mountain et dans la section Engagement.

Activités : Trans Mountain a lancé deux sondages en ligne et a organisé deux webinaires. Ces occasions d’engagement en ligne offrent aux intervenants un forum numérique pour offrir une rétroaction sur le projet, en plus d’assister à un événement en personne.

Rétroaction : Les préoccupations soulevées dans les forums d’engagement en ligne allaient des impacts et des lieux de construction, de la notification des activités de construction, de la remise en état, de la main-d’œuvre, des avantages locaux et abordaient aussi des sujets plus larges tels que le changement climatique, les avantages économiques, la sécurité et les interventions d’urgence, les impacts sur la santé, la protection de l’environnement, l’entretien des pipelines, les zones environnementales sensibles et le trafic maritime. Les préoccupations détaillées de chaque forum en ligne peuvent être trouvées dans les documents suivants Section 1.21 de la mise à jour de la consultation no 4 (en anglais).

Prochaines étapes : La rétroaction a été transmise à l’équipe du projet pour qu’elle soit prise en compte et intégrée à la planification et à la conception, le cas échéant.

La planification et l’intervention en cas d’urgence ont été les principaux sujets de préoccupation tant auprès des collectivités des pipelines que des collectivités maritimes. Pour répondre à cette préoccupation, nous avons lancé une série d’ateliers pour les intervenants en gestion des situations d’urgence avec les districts régionaux (C.-B.) et les comtés (Alberta) tout au long du corridor pipelinier proposé.

Activités : Les personnes invitées à la première partie des EMSW comprenaient des gestionnaires communautaires locaux des urgences et des premiers intervenants, des responsables de la santé et de la sécurité et d’autres fonctionnaires ou représentants d’organismes responsables de la gestion des urgences dans la région. Nous avons donné aux participants un aperçu des opérations existantes et du projet proposé. Nous avons également fourni une introduction au processus de planification de la gestion des urgences. Les plans d’intervention d’urgence existants ont été mis à la disposition des participants à chaque atelier.

Rétroaction : Parmi les préoccupations soulevées lors des séances, mentionnons les suivantes : collisions de tierces parties au pipeline, détection des fuites, plans d’intervention en cas d’incendie, répercussions des catastrophes naturelles, vandalisme ou terrorisme, explosion, sécurité et sensibilisation du public, besoins accrus en formation et ressources, transport ferroviaire du pétrole, stratégies de communication en cas d’évacuation, temps de réaction des lieux précis, coordination et capacité des opérations, contamination et assainissement des eaux, coûts associés.

Prochaines étapes : Les commentaires reçus lors des séances ont été partagés avec les participants dans les deux semaines suivant l’atelier et seront incorporés dans un rapport sommaire sur les recommandations une fois que tous les événements de la partie 1 de la EMSW auront été complétés.

Trans Mountain a continué de mettre sur pied des groupes de travail techniques avec les administrations locales. Ces groupes offrent à nos équipes techniques l’occasion de travailler directement avec le personnel des administrations locales concernées afin de peaufiner nos plans d’ingénierie, de tracé et de construction et de régler les problèmes au fur et à mesure qu’ils surviennent.

Activités : Des groupes de travail techniques ont été mis sur pied dans les collectivités de l’ensemble de la Colombie-Britannique à la fin de 2015. Nous continuerons de rencontrer ces groupes au besoin tout au long des phases de planification et de construction, au besoin.

Rétroaction : Les commentaires recueillis lors des premières réunions de notre Groupe de travail technique se trouvent à l’adresse suivante Section 1.23 de la mise à jour de la consultation no 4 (en anglais).

Prochaines étapes : D’autres réunions du Groupe de travail technique se poursuivront au besoin.

Trans Mountain a organisé une série de réunions axées sur la collecte de commentaires en vue de l’élaboration d’un plan de surveillance des effets socio-économiques (SEEMP).

Activités : Les réunions du SEEMP se sont tenues avec succès dans sept collectivités, dont Merritt, Clearwater, Valemount et Kamloops, en Colombie-Britannique, et à Edmonton, Edson et Jasper, en Alberta. Les réunions ont donné aux intervenants l’occasion de discuter et de commenter l’approche SEEMP qui sera mise en œuvre au cours de la phase de construction du projet proposé et de discuter davantage des intérêts et des préoccupations liés à la construction du projet proposé.

Rétroaction : Les préoccupations soulevées lors des réunions portaient sur l’hébergement, l’achat local de biens et de services, les répercussions sur les services de police locaux, les services d’urgence et de santé, la préparation communautaire, la circulation, les répercussions sur le tourisme ainsi que le point de contact permanent pendant la construction. Les préoccupations détaillées de chaque collectivité se trouvent dans la Section 1.19 de la mise à jour de la consultation no 4(en anglais).

Prochaines étapes : Les commentaires recueillis seront pris en compte dans l’élaboration du Plan de surveillance des effets socioéconomiques.

Trans Mountain a continué de fournir des renseignements exacts et opportuns, ainsi que de recueillir les commentaires des intervenants au moyen d’une série de séances d’information de quartier.

Activités : Des séances d’information de quartier ont été tenues avec succès dans trois collectivités des Basses-Terres continentales de la Colombie-Britannique. La séance a fourni aux intervenants une mise à jour sur le projet proposé et de l’information sur l’environnement, la remise en état et les impacts de la construction.

Rétroaction : Les préoccupations soulevées lors des séances d’information portaient sur les impacts environnementaux, les impacts et le calendrier de construction, les interventions d’urgence, la circulation et la sécurité des navires-citernes, l’approvisionnement et les avantages économiques. Les préoccupations détaillées de chaque collectivité se trouvent dans la Section 1.20 de la mise à jour de la consultation no 4(en anglais).

Prochaines étapes : La rétroaction a été transmise à l’équipe du projet pour qu’elle soit prise en compte et intégrée à la planification et à la conception, le cas échéant.

Trans Mountain a poursuivi sa deuxième partie de l’EMSW, qui répondait aux intérêts des intervenants en examinant les discussions de scénarios explorant la séquence des événements locaux et les besoins en ressources locales en cas de déversement d’hydrocarbures dans une collectivité. La deuxième partie du EMSW nous a également donné l’occasion de mettre en pratique nos plans de gestion des urgences et d’établir une relation de travail avec les intervenants pertinents qui participent à l’intervention d’urgence initiale.

Activités : La deuxième partie des EMSW a eu lieu dans la région de Tri-Cities (Coquitlam, Port Moody et Port Coquitlam) et nous avons invité les premiers intervenants et les planificateurs en cas d’urgence. Trois communautés ont demandé de reporter la discussion au printemps 2015 et trois communautés ont refusé ou n’ont pas pu nous rencontrer.

Rétroaction : Les préoccupations soulevées lors des ateliers portaient sur l’impact environnemental (poissons, plans d’eau, terres humides, qualité et quantité de l’eau), la planification en cas de catastrophe et les interventions d’urgence en cas de déversement. Des tableaux de préoccupations détaillées de chaque collectivité se trouvent dans la Section 1.19 de la mise à jour de la consultation no 4 (en anglais).

Prochaines étapes : La troisième partie de l’EMSW est prévue pour 2016. La partie 3 vise à recueillir de nouvelles données et des commentaires des collectivités, des groupes autochtones et des divers paliers de gouvernement sur l’amélioration du plan existant afin de répondre aux exigences du nouveau système.

Trans Mountain a organisé des ateliers sur le PPE, ce qui a donné aux participants l’occasion de donner leur rétroaction concernant les PPE et les mesures d’atténuation proposées. Les participants ont reçu un aperçu de l’ESA de Trans Mountain, tel qu’il a été déposé auprès de l’ONE, et un aperçu des mesures d’atténuation proposées pour réduire ou éviter les impacts. Nous avons demandé des commentaires sur les mesures d’atténuation proposées en utilisant les connaissances locales et techniques.

Activités : Les ateliers du PPE ont eu lieu dans quatre collectivités des Basses-Terres continentales de la Colombie-Britannique, soit Fraser River/Coquitlam, Brunette River/Burnaby, Surrey Bend Park/Surrey et Langley. Les ateliers du PPE ont permis aux participants de discuter de la remise en état et de l’atténuation environnementale, des franchissements de cours d’eau et de l’habitat du poisson, de l’habitat du caribou, de la qualité de l’air, de la faune, des habitats essentiels, des parcs municipaux et locaux et des aires protégées, des terres humides, de la végétation (c.-à-d. plantes rares et communautés écologiques, espèces rares), de l’utilisation des terres (c.-à-d. foresterie, agriculture, loisirs), de la productivité du sol et du sol ainsi que des poissons, des mammifères et des oiseaux marins.

Rétroaction : Les préoccupations soulevées lors des ateliers portaient sur les impacts environnementaux (poissons, oiseaux, arbres, arbres, franchissements de cours d’eau, terres humides, qualité et quantité de l’eau, zones sensibles), la remise en état, le bruit, le tracé, le calendrier et les techniques de construction des pipelines. Des tableaux de préoccupations détaillées de chaque collectivité se trouvent dans la Section 1.19 de la mise à jour de la consultation no 4 (en anglais).

Prochaines étapes : La rétroaction recueillie sera communiquée conformément aux conditions provisoires de l’ONE et aux engagements pris par Trans Mountain en réponse aux demandes de renseignements.

Nous avons organisé une série de journées portes ouvertes et de séances d’information dans notre région de l’intérieur de la Colombie-Britannique. Ces événements étaient axés sur la préparation de la collectivité à des emplois potentiels liés à notre projet proposé.

Activités : De novembre à décembre 2014, nous avons organisé six journées portes ouvertes et trois séances d’information avec les écoles secondaires de la région de l’intérieur de la Colombie-Britannique. Le journal local a publié un article sur les possibilités d’emploi et de formation. Le projet a bénéficié de l’appui d’une tierce partie lorsque nous avons établi un partenariat avec des établissements d’enseignement postsecondaire pour l’organisation d’événements.

Rétroaction : Les intérêts et les préoccupations exprimés comprenaient : l’emploi et la formation, les avantages économiques, les possibilités d’approvisionnement ou d’affaires et le renforcement des capacités communautaires. Les détails complets de la rétroaction recueillie se trouvent dans la Section 1.18 de la mise à jour de la consultation no 3 (en anglais).

Prochaines étapes : Continuer d’organiser des séances de formation et d’emploi et participer à d’autres événements locaux, comme les salons de l’emploi, dans les collectivités situées le long du corridor du pipeline.

Notre demande d’autorisation d’installations a identifié un corridor pipelinier proposé et, dans certains cas, d’autres corridors pipeliniers proposés. Après le dépôt de décembre 2013, nous avons poursuivi notre travail d’optimisation du tracé et de réduction des impacts sur les personnes et l’environnement grâce à une combinaison d’études techniques et environnementales, d’activités d’engagement et de travaux sur le terrain. Afin de recueillir les commentaires des intervenants, nous avons offert des occasions en ligne pour fournir des commentaires sur les secteurs où nous envisagions d’optimiser le tracé proposé.

Activités : Un sondage en ligne et les commentaires des intervenants sur l’optimisation du tracé et la proposition de remettre en service une section de notre pipeline existant étaient disponibles sur notre site Web. Des documents à l’appui ont été fournis aux visiteurs pour qu’ils puissent les examiner et formuler des commentaires.

Rétroaction : 85 formulaires de rétroaction ont été reçus avec des commentaires sur les principaux thèmes; la terre, l’air, l’eau, l’activité humaine et l’utilisation des terres. Les détails des commentaires peuvent être trouvés dans la Section 1.5.7 de la mise à jour de la consultation no 2 (en anglais).

Prochaines étapes : La rétroaction recueillie a été transmise à l’équipe du projet pour qu’elle soit prise en compte et intégrée à la planification et à la conception, le cas échéant.

Notre demande d’autorisation d’installations a identifié un corridor pipelinier proposé et, dans certains cas, d’autres corridors pipeliniers proposés. Après le dépôt de décembre 2013, nous avons poursuivi notre travail d’optimisation du tracé et de réduction des impacts sur les personnes et l’environnement grâce à une combinaison d’études techniques et environnementales, d’activités d’engagement et de travaux sur le terrain. Pour garder les intervenants informés, nous avons organisé une série d’ateliers dans les collectivités où nous envisagions d’optimiser le tracé proposé.

Activités : Des ateliers ont eu lieu à Edmonton Ouest, Wabamun, Fraser Valley/Chilliwack, Coquitlam, Surrey, Langley et Burnaby. Depuis le dépôt de la demande de l’ONE en décembre 2013, les ateliers ont donné aux intervenants l’occasion de recevoir de l’information à jour sur le projet, d’examiner les révisions apportées au corridor pipelinier proposé et de formuler des commentaires à ce sujet.

Rétroaction : Les principales questions et préoccupations ont été documentées autour des thèmes de la terre, de l’air, de l’eau, de l’activité humaine et de l’utilisation des terres. La rétroaction détaillée classée par communauté peut être trouvée dans la Section 1.5.5.5 de la mise à jour de la consultation no 2 (en anglais).

Prochaines étapes : La rétroaction a été transmise à l’équipe du projet pour qu’elle soit prise en compte et intégrée à la planification et à la conception, le cas échéant.

Nous avons tenu des assemblées municipales Twitter, via notre canal Twitter @transmtn, qui a donné l’occasion aux intervenants de soumettre des questions sur un sujet spécifique à nos experts du projet.

Activités : Deux assemblées publiques Twitter ont eu lieu, l’une le 14 octobre 2014 qui portait sur la sécurité maritime et l’autre le 27 octobre 2014 qui portait sur la sécurité des pipelines. Nous avons créé le mot-clic #AskTransMtn pour tous les tweets et nous avons demandé aux participants de l’utiliser. Cela rendait les tweets consultables par n’importe qui.

Rétroaction : Au cours de l’assemblée publique sur Twitter pour la sécurité maritime, il y a eu environ 2 100 tweets et retweets à l’aide du mot-clic #AskTransMtn, et au cours de l’assemblée publique sur Twitter pour la sécurité des pipelines, il y a eu environ 80 tweets et retweets avec le mot-clic #AskTransMtn.

Prochaines étapes : Nous avons répondu à toutes les questions soit pendant l’événement, soit par la suite, puisque nous n’avons pas pu répondre à toutes les questions pendant l’événement d’une heure. Tous les tweets ont été regroupés dans une publication Storify et postés sur notre blogue.

Nous avons organisé une série d’ateliers pour : i) partager l’information sur l’approche que nous proposons pour entreprendre une proposition de modification des limites des parcs de la C.-B.; ii) partager l’information sur le tracé proposé le long de notre corridor d’étude; iii) identifier les sujets de préoccupation environnementaux et socio-économiques locaux; et iv) identifier les avantages potentiels des parcs.

Activités : Lors des ateliers, nous avons fourni aux participants un aperçu proposé du corridor d’étude choisi dans chaque parc, sollicité leurs commentaires sur des préoccupations particulières liées à l’activité humaine et à l’environnement dans les parcs et discuté des avantages des parcs, en petits groupes.

Rétroaction : La rétroaction des ateliers est incluse dans les tableaux des principaux sujets d’intérêt ou de préoccupation dans la Section 1.6 de la mise à jour de la consultation no 2 (en anglais).

Prochaines étapes : Les commentaires reçus lors de ces séances et par la suite ont été pris en compte dans l’établissement de la portée de la demande de rajustement des limites de l’étape 2 de Parcs de la Colombie-Britannique. Les rapports d’activités et les avantages proposés ont été soumis à Parcs de la C.-B. pour étude en fonction des priorités en matière d’avantages du parc.

Nous avons poursuivi les discussions avec les représentants du parc national Jasper et du parc provincial du mont Robson au sujet de la remise en service d’un segment existant de notre pipeline dans les parcs.

Activités : Le 12 août 2014, nous avons rencontré des représentants du parc national Jasper et du parc provincial du mont Robson. La réunion comprenait une visite des lieux afin de déterminer les prochaines étapes de la restauration.

Rétroaction : Les participants ont soulevé les questions suivantes :

  • l’emplacement des valves;
  • les plans d’atténuation des risques naturels;
  • le niveau de perturbation des sites de ressources culturelles par rapport aux années 1950, ainsi que les aménagements auxiliaires comme l’accès et les sites de production d’électricité; et
  • l’intégralité de l’engagement des Autochtones.

Prochaines étapes : Nous continuerons de fournir de l’information au public et aux intervenants intéressés afin qu’ils sachent à quoi s’attendre pendant les activités de réactivation.

Nous avons tenu quatre assemblées publiques par téléphone dans des collectivités ciblées de la Colombie-Britannique. Un composeur automatique informatisé a avisé les intervenants des prochaines assemblées publiques par téléphone et leur a fourni de l’information sur la façon de participer. Nous avons répondu à autant de questions que le temps le permettait.

Activités : Avant chaque assemblée publique téléphonique, des appels sortants ont été faits dans les six collectivités ciblées de la Colombie-Britannique, soit Burnaby, Coquitlam-Surrey, Vancouver et Abbotsford-Chilliwack. Au total, plus de 20 000 personnes ont participé aux quatre sessions. Les participants ont été accueillis par un modérateur et présentés au président de Kinder Morgan Canada, M. Ian Anderson, qui a fait une première mise à jour sur l’état d’avancement du projet. Les participants pourraient ensuite poser des questions à M. Ian Anderson. À la fin de chaque assemblée publique téléphonique, les intervenants ont été invités à rester en ligne et à laisser un message vocal avec des questions ou encore, ils pouvaient nous contacter directement au [email protected] ou sans frais au 1-866-514-6700.

Rétroaction : Chaque appel a couvert un certain nombre de sujets. Des enregistrements complets et des extraits de chaque événement sont disponibles sur notre blogue (en anglais) :

Prochaines étapes : Les sujets soulevés lors de l’appel ont été communiqués aux spécialistes régionaux de la mobilisation et aux membres appropriés de l’équipe de projet afin qu’ils soient intégrés aux efforts de mobilisation et à la planification du projet.

Notre demande d’autorisation d’installations a identifié un corridor pipelinier proposé et, dans certains cas, d’autres corridors pipeliniers proposés. Après le dépôt de décembre 2013, nous avons poursuivi notre travail d’optimisation du tracé et de réduction des impacts sur les personnes et l’environnement grâce à une combinaison d’études techniques et environnementales, d’activités d’engagement et de travaux sur le terrain. Pour garder les intervenants au courant, nous avons organisé une série de journées portes ouvertes dans les collectivités où nous envisagions d’optimiser le tracé proposé.

Activités : Nous avons organisé cinq journées portes ouvertes qui ont donné aux intervenants l’occasion de recevoir des renseignements à jour sur le projet, d’examiner les révisions apportées au corridor pipelinier proposé depuis le dépôt de la demande de l’ONE en décembre 2013.

Rétroaction : Les principales questions et préoccupations ont été documentées autour des thèmes de la terre, de l’air, de l’eau, de l’activité humaine et de l’utilisation des terres. La rétroaction détaillée classée par communauté peut être trouvée dans la Section 1.5.6 de la mise à jour de la consultation no 2 (en anglais).

Prochaines étapes : La rétroaction a été transmise à l’équipe du projet pour qu’elle soit prise en compte et intégrée à la planification et à la conception, le cas échéant.

Au cours d’une période de consultation publique du 25 août au 12 octobre 2014, les visiteurs de notre site Web ont été invités à examiner l’ébauche de notre demande de rajustement des limites de l’étape 2 de Parcs de la Colombie-Britannique et à remplir un formulaire de commentaires. Un lien vers un formulaire de commentaires hébergé par Parcs de la C.-B. a également été fourni pour ceux qui voulaient faire des commentaires directement à Parcs de la Colombie-Britannique.

Activités : Le 13 novembre 2014, nous avons déposé une demande de rajustement des limites de l’étape 2 auprès de Parcs de la C.-B. qui rendait compte de nos activités de participation décrites dans le document mis à jour de la consultation no 2, ainsi que de l’information recueillie pendant la période de commentaires ouverts.

Rétroaction : Une copie de notre demande de rajustement des limites de l’étape 2 des parcs de la C.-B. se trouve ici.

Prochaines étapes : L’examen et la recommandation du gouvernement provincial de la C.-B. sont en cours.

Nous avons tenu une assemblée publique par téléphone à la suite des manifestations au mont Burnaby. Les participants de l’assemblée publique par téléphone ont été accueillis par un modérateur et présentés au président de Kinder Morgan Canada, M. Ian Anderson, qui a fait une déclaration préliminaire. Nous avons répondu à autant de questions que le temps le permettait.

Activités : Nous avons appelé les foyers de Burnaby et 134 personnes qui s’étaient inscrites au moyen de notre formulaire d’inscription en ligne, et près de 5 000 personnes ont participé à notre assemblée par téléphone. À la fin de chaque assemblée publique téléphonique, les intervenants ont été invités à rester en ligne et à laisser un message vocal avec des questions ou à nous contacter directement au [email protected] ou sans frais au 1 866-514-6700.

Rétroaction : L’appel a couvert un certain nombre de sujets. Des enregistrements complets et des extraits de chaque événement sont disponibles sur notre blogue (en anglais).

Prochaines étapes : Un sondage a été affiché en ligne demandant au public de nous dire comment la conversation devrait se poursuivre et sur quels sujets. Les trois principales façons dont les intervenants veulent fournir de la rétroaction sont : lors des journées portes ouvertes communautaires, sur les forums de rétroaction en ligne et dans des discussions en groupe. Nous développerons des activités d’engagement qui incorporent les techniques les plus populaires et les sujets choisis par le sondage en ligne.

Nous avons mis sur pied des groupes de travail techniques avec les administrations locales au T3/T4 2014. Ces groupes offrent à nos équipes techniques l’occasion de travailler directement avec le personnel des administrations locales concernées afin de peaufiner nos plans d’ingénierie, de tracé et de construction et de régler les problèmes au fur et à mesure qu’ils surviennent.

Activités : Des groupes de travail techniques ont été mis sur pied dans les collectivités de la région des Basses-Terres continentales et de la Vallée du Fraser à la fin de 2014. Nous mettrons sur pied des groupes de travail techniques dans les régions de l’intérieur de la Colombie-Britannique et de l’Alberta au deuxième et au troisième trimestre de 2015. Nous continuerons de rencontrer ces groupes au besoin tout au long des phases de planification et de construction, au besoin.

Rétroaction : Les commentaires recueillis lors des premières réunions de notre Groupe de travail technique jusqu’à décembre 2014 se trouvent dans la Section 1.23 de la mise à jour de la consultation no 3 (en anglais).

Prochaines étapes : D’autres groupes de travail techniques seront mis sur pied dans les régions de l’intérieur de la Colombie-Britannique et de l’Alberta au deuxième et au troisième trimestre de 2015, et les réunions se poursuivront au besoin.

Nous avons rencontré les gouvernements provinciaux de la Colombie-Britannique afin d’examiner les répercussions possibles de la construction sur les parcs municipaux et de recueillir leurs commentaires sur l’utilisation des parcs par les membres de la collectivité.

Activités : Des discussions ont eu lieu avec six administrations locales de la Colombie-Britannique en 2014.

Rétroaction : Les détails des discussions sur les parcs municipaux et les aires de loisirs sont résumés dans les Tableaux 1.12-1 à 1.12-4 de la mise à jour de la consultation no 3. (en anglais).

Prochaines étapes : Les discussions se poursuivront avec d’autres occasions de rétroaction au cours des activités d’engagement prévues pour le printemps 2015.

Le corridor proposé pour l’expansion traverse une partie de la zone protégée du Lac du Bois Grasslands.

Activités : Le 24 septembre 2013, nous avons offert une visite guidée de la région du Lac du Bois Grasslands aux principaux intervenants. Les participants se sont réunis au Holiday Inn à Kamloops, en Colombie-Britannique, pour une séance d’information et ont ensuite été conduits au droit de passage proposé pour le projet pour une visite à pied de la région des prairies. Après avoir cerné les préoccupations et discuté avec des experts en la matière, les participants ont reçu des cartes du tracé.

Rétroaction : Plusieurs intervenants ont prudemment exprimé leur appui au projet de pipeline traversant les prairies du lac du Bois, à condition que Trans Mountain puisse démontrer un avantage net adéquat pour le parc. Certains intervenants n’étaient pas à l’aise avec le droit de passage proposé traversant le Lac du Bois Grasslands et préféraient l’autre itinéraire traversant la collectivité de Westsyde.

Prochaines étapes : Les activités d’engagement liées à notre demande de rajustement des limites de l’étape 2 des parcs de la Colombie-Britannique seront terminées au printemps 2014 pour le parc provincial Finn Creek, le parc provincial North Thompson, l’aire protégée du lac du Bois, l’aire de loisirs Coquihalla Summit et le parc provincial Bridal Veil Falls. La participation suivra la politique, le processus et les lignes directrices du ministère de l’Environnement de la Colombie-Britannique (ministère de l’Environnement de la Colombie-Britannique 2010).

Dans le cadre du suivi d’une série de journées portes ouvertes tenues en 2012, nous avons organisé des journées portes ouvertes pour partager avec les collectivités touchées et les intervenants des renseignements à jour sur le projet et examiner les changements d’itinéraires propres à certains secteurs.

Activités : Des journées portes ouvertes concernant le tracé ont eu lieu à Edmonton (Alberta), Hinton (Alberta), Kamloops (Colombie-Britannique), Abbotsford (Colombie-Britannique) et Burnaby (Colombie-Britannique). Lors de notre journée portes ouvertes à Abbotsford, en plus des tableaux d’affichage standard et des représentants techniques, nous avons également organisé une visite en autobus de la station de pompage et du terminal de Sumas.

Rétroaction : Les participants ont fourni des commentaires sur l’environnement, le tracé et les sujets socio-économiques. Section 1.7.10 du Volume 3A de la demande relative aux installations fournit des tableaux avec chaque préoccupation exprimée lors de chaque journée portes ouvertes, propre à chaque collectivité.

Prochaines étapes : L’information recueillie a été transmise à l’équipe du projet pour qu’elle soit prise en compte et intégrée à la planification et à la conception, le cas échéant.

Les ateliers communautaires ont donné aux intervenants locaux l’occasion de recevoir de l’information à jour sur le projet et de fournir une rétroaction sur les questions et les préoccupations liées au tracé et aux études environnementales. Ces ateliers ont été suivis par des intervenants qui connaissaient les intérêts de la collectivité, l’environnement, l’activité économique, les loisirs et l’utilisation des terres.

Activités : Dix-sept ateliers ont été organisés entre avril et juin 2013. Des représentants municipaux, des représentants des collectivités locales, des groupes d’affaires, des représentants du secteur des loisirs, des guides et des pourvoyeurs y ont participé. Le matériel que nous avons fourni aux participants aux ateliers comprenait une introduction au projet, des présentations sur la terre, l’air, l’eau et l’activité humaine, ainsi qu’une enquête de fin. L’information présentée dans les ateliers communautaires a été mise en ligne le lendemain de chaque séance et a été diffusée en direct pendant trois semaines pour recueillir les commentaires supplémentaires des participants et du grand public. De la publicité dans les journaux, à la radio et en ligne a été utilisée pour promouvoir les occasions de participation en ligne.

Rétroaction : Les connaissances environnementales locales ont aidé à cerner les questions préoccupantes dans les zones d’étude, les mesures d’atténuation possibles et les initiatives de compensation ou d’avantages nets à envisager dans le cadre de notre proposition de projet global. Les participants ont fourni des commentaires précis sur la terre, l’air, l’eau et l’utilisation et les activités humaines. Section 1.7.9 du Volume 3A de la demande relative aux installations fournit des tableaux avec chaque préoccupation exprimée lors de chaque atelier, propre à chaque collectivité.

Prochaines étapes : L’information recueillie a été transmise à l’équipe du projet pour qu’elle soit prise en compte et intégrée à la planification et à la conception, le cas échéant.

La deuxième partie de l’EMSW a répondu aux intérêts des intervenants en examinant les discussions de scénarios explorant la séquence des événements locaux et les besoins en ressources locales en cas de déversement d’hydrocarbures dans une collectivité. La deuxième partie du EMSW nous a également donné l’occasion de mettre en pratique nos plans de gestion des urgences et d’établir une relation de travail avec les intervenants pertinents qui participent à l’intervention d’urgence initiale.

Activités : La deuxième partie de l’EMSW a eu lieu avec succès dans 20 communautés et nous avons invité les mêmes municipalités, districts régionaux (C.-B.) et comtés (AB) à participer aux discussions sur les scénarios, comme nous l’avons fait dans la première partie de l’EMSW. Trois communautés ont demandé de reporter la discussion au printemps 2015 et trois communautés ont refusé ou n’ont pas pu nous rencontrer.

Rétroaction : Les préoccupations soulevées lors des ateliers allaient de la notification des incidents, à la capacité et à la coordination des premiers intervenants, à l’intérêt de participer à la réévaluation des points de contrôle et à l’intégration des connaissances locales dans les plans. Des tableaux de préoccupations détaillées de chaque collectivité se trouvent dans la Section 1.7.2 de la mise à jour de la consultation no 3 (en anglais).

Prochaines étapes : La troisième partie de l’EMSW est prévue pour 2015. La partie 3 vise à recueillir de nouvelles données et des commentaires des collectivités, des groupes autochtones et des divers paliers de gouvernement sur l’amélioration du plan existant afin de répondre aux exigences du nouveau système.

Trans Mountain a rencontré un certain nombre d’intervenants de diverses organisations pour discuter des compensations des pêches liées au terminal maritime de Westridge.

Activité : Sept organisations ont participé à l’atelier maritime de Westridge que nous avons organisé le 14 juillet 2014.

Rétroaction : Les intervenants ont fourni une rétroaction sur les répercussions et les compensations de ces mesures. Les détails des commentaires peuvent être trouvés dans la Section 1.6.2-4 de la mise à jour de la consultation no 3 (en anglais).

Prochaines étapes : Nous continuerons de collaborer avec les collectivités locales, le gouvernement, les groupes autochtones et les intervenants au sujet des mesures d’atténuation environnementale et des mesures compensatoires liées à la construction et à l’exploitation de l’agrandissement du terminal maritime de Westridge.

Compte tenu des inconvénients potentiels pour le public et des perturbations temporaires associés à la construction du pipeline, nous avons conclu des protocoles d’entente sur les avantages communautaires avec les collectivités situées le long du corridor du projet, ce qui procurerait des avantages directs aux collectivités si l’agrandissement proposé était approuvé et construit. Le Programme d’avantages pour les collectivités prévoit des avantages dans les collectivités situées le long du corridor du pipeline qui s’ajoutent à la compensation financière pour la construction et l’exploitation de ce pipeline.

Activités : Grâce à nos initiatives d’engagement continu, des domaines prioritaires pour les investissements dans les avantages communautaires ont été identifiés avec la participation des administrations locales et régionales et d’autres intervenants locaux. Nous avons offert de rencontrer chaque municipalité où nous exerçons nos activités afin de discuter des avantages potentiels pour la collectivité. En date du 19 mars 2015, nous avons signé 12 ententes avec 15 collectivités pour un engagement total de plus de 4,8 millions de dollars.

Rétroaction : Les conversations sur les avantages communautaires en sont à différentes étapes au sein de chaque communauté.

Prochaines étapes : Nous poursuivrons les conversations sur les avantages communautaires avec les collectivités le long du tracé et nous nous engageons à fournir des avantages directs aux collectivités situées le long du corridor proposé. Chaque entente sera annoncée au moment de sa signature jusqu’en 2015.

Il est proposé de réactiver deux segments de notre pipeline existant de 24 pouces dans le cadre du projet d’expansion Trans Mountain.

Activités : Des rencontres en personne, des présentations et des ateliers avec les intervenants entre Hinton, en Alberta et Hargreaves, en Colombie-Britannique, et entre Darfield, en Colombie-Britannique, et Black Pines, en Colombie-Britannique, ont été organisés pour entendre les préoccupations, les questions et les suggestions concernant la réactivation.

Rétroaction : Des préoccupations ont été exprimées au sujet des exigences d’accès aux sites de fouilles, de la sécurité et des interventions d’urgence, de la confusion quant à la construction d’une troisième ligne dans le parc national Jasper et le parc provincial du mont Robson, des travaux connexes sur les lignes électriques, de l’approvisionnement en eau pour les essais hydrostatiques requis et du stockage des produits chimiques à la station de pompage de Jasper. Les intervenants se sont également renseignés sur le produit expédié dans le pipeline, l’âge du pipeline à réactiver, les impacts sur la pression à l’intérieur de la canalisation en cas de panne de courant, le processus d’essai avant la réactivation et l’état de la canalisation existante.

Prochaines étapes : Des réunions ont été prévues pour discuter des méthodes d’atténuation ou des changements à apporter aux plans de projet afin de répondre aux préoccupations et de solliciter toute autre préoccupation.

Étant donné que le projet traverse des régions géographiques distinctes qui comprennent des écosystèmes divers allant des prairies à la forêt pluviale ou marin, nous avons choisi d’organiser des ateliers de l’ESA pour recueillir des informations qui ont éclairé nos études d’évaluation environnementale et socio-économique. Les commentaires recueillis auprès des intervenants ont été pris en compte par notre équipe d’évaluation environnementale lors de la conception de leurs études sur le terrain.

Activités : Nous avons organisé six ateliers de l’ESA afin de recueillir les commentaires d’experts locaux et régionaux en la matière, y compris les gouvernements municipaux, fédéral et provinciaux, les organisations non gouvernementales environnementales (ONGE) et d’autres groupes d’intérêt environnemental. Quatre ateliers ont eu lieu dans les collectivités du corridor pipelinier et deux ateliers ont eu lieu dans les collectivités du corridor marin. En réponse à l’intérêt des intervenants de la Vallée du Fraser, nous avons également organisé un atelier sur l’agriculture qui reconnaissait leurs intérêts particuliers. Nous avons choisi d’inviter les participants aux ateliers de l’ESA en fonction de leurs connaissances techniques ou locales spécifiques, ce qui leur permettrait de contribuer à la conception d’une ESA. Lors des ateliers, nous avons fourni aux participants un aperçu proposé de notre approche de l’ESA pour le projet et nous avons sollicité leurs commentaires sur des modules particuliers de l’ESA, y compris ce qui concerne l’air, la terre et l’eau. L’atelier agricole d’Abbotsford était axé sur le sol et l’agriculture. Des commentaires supplémentaires ont été sollicités en ligne pendant deux semaines après chaque atelier.

Rétroaction : Les participants ont fourni des commentaires sur la qualité de l’air, la qualité et la quantité de l’eau, les poissons et leur habitat, la faune, les terres humides, la végétation, les sujets socio-économiques, le génie, la participation des intervenants, les changements climatiques, la géologie, les sols, les connaissances traditionnelles autochtones et bien d’autres sujets. Section 1.7.8 du Volume 3A de la demande d’installations donne un aperçu des préoccupations exprimées lors de chaque atelier (en anglais).

Prochaines étapes : Les commentaires reçus lors de ces séances, et par la suite, ont été partagés avec les disciplines environnementales pertinentes et ont été pris en compte dans l’établissement de la portée et des méthodologies de l’ESA du projet.

Les présentations sur les avantages économiques tenues dans les collectivités le long du tracé proposé se sont concentrées sur les possibilités d’avantages locaux par le biais de l’approvisionnement, des emplois et des dépenses de main-d’œuvre. Les entreprises locales s’intéressent à l’information sur les possibilités économiques depuis un certain temps, et cette série de présentations a aidé à répondre à ce besoin. La plupart des événements ont été organisés en partenariat avec les chambres de commerce locales.

Activités : 16 événements ont eu lieu le long du corridor proposé, d’Edmonton (Alberta) à Burnaby (Colombie-Britannique). Plus de 1 300 personnes ont assisté aux événements. Les participants ont été encouragés à s’inscrire sur notre site Web afin d’être informés des possibilités d’approvisionnement et d’emploi dans le cadre du projet.

Rétroaction : 205 entreprises ont exprimé leur intérêt pour les possibilités d’approvisionnement et 127 personnes ont exprimé leur intérêt pour les possibilités d’emploi au moyen de formulaires d’inscription sur le site Web. La réponse des dirigeants et des membres des Chambres locales a été généralement positive. Un thème d’opportunités locales est rapidement apparu dans nos conversations avec les entreprises et les groupes de développement économique locaux, ainsi que sur les médias traditionnels et sociaux.

Prochaines étapes : Fournir de l’information au niveau communautaire sur les possibilités d’approvisionnement et d’emploi à mesure qu’elles se concrétisent en 2015 et 2016.

Nous avons tenu des journées portes ouvertes pour informer les intervenants de nos projets d’expansion des terminaux de Burnaby et d’Edmonton et pour partager notre empreinte. Lors des journées portes ouvertes du terminal, nous avons partagé de nouveaux renseignements tels que les spécifications techniques, la sécurité et la configuration, et nous avons sollicité les commentaires des intervenants sur les plans proposés.

Activités : Deux journées portes ouvertes ont eu lieu, l’une axée sur l’expansion de notre terminal de Burnaby et l’autre sur l’expansion de notre terminal d’Edmonton. L’information a été présentée et des experts techniques étaient disponibles pour répondre aux questions et solliciter des commentaires. Des documents tels que des modèles 3D, des cartes du tracé et des fiches d’information étaient disponibles à chaque journée portes ouvertes.

Rétroaction : Les participants ont fourni des commentaires sur les interventions d’urgence, la sécurité, les possibilités d’emploi, la santé humaine, l’environnement, la responsabilité de l’entreprise, les obligations, les opérations et la gestion, le bruit, la qualité de l’air, le tracé, la sécurité, les intervenants et des questions socioéconomiques. La Section 1.7.11 du volume 3A de la demande relative aux installations résume les préoccupations exprimées lors de chaque journée portes ouvertes.

Prochaines étapes : L’information recueillie a été transmise à l’équipe du projet pour qu’elle soit prise en compte et intégrée à la planification et à la conception, le cas échéant.

Au cours de cette phase d’engagement, nous avons cherché à présenter le projet au grand public et à continuer à identifier les intervenants qui s’intéressent au projet, les intérêts et les préoccupations des communautés locales, les méthodes d’engagement appropriées pour les communautés et à fournir des informations précises et opportunes sur le projet.

Activités : Trente-sept journées portes ouvertes ont eu lieu entre Edmonton (Alberta) et Sooke (Colombie-Britannique), et environ 2 200 personnes y ont assisté. Les journées portes ouvertes étaient structurées comme des événements sans rendez-vous où les intervenants pouvaient obtenir de l’information et poser des questions sur le projet. L’information sur notre projet était affichée sur de grands panneaux d’affichage placés dans chaque salle. Des dirigeants d’entreprise et des experts techniques, y compris des représentants des sciences biologiques marines, de la navigation et des industries maritimes, de l’environnement, du tracé, de la géotechnique, des activités réglementaires, des opérations et de la participation des intervenants, des relations médiatiques étaient présents pour répondre aux questions et recevoir les commentaires et préoccupations des personnes présentes. Les participants ont été encouragés à remplir des formulaires de rétroaction; 250 formulaires remplis ont été reçus. Le formulaire a été conçu pour recueillir les commentaires des participants sur les points suivants :

  • Qualité et intégralité de l’information fournie;
  • Sujets pour lesquels plus d’information était nécessaire;
  • Sujets d’intérêt ou préoccupation particulière;
  • Sujets importants pour l’évaluation environnementale;
  • Sujets importants pour l’évaluation socio-économique;
  • Méthodes de communication préférées pour l’information sur le projet

De plus, les commentaires ont été sollicités en ligne au moyen d’un formulaire de rétroaction et de forums de discussion propres à chaque communauté.

Rétroaction : Les principaux domaines d’intérêt ou de préoccupation identifiés par les intervenants étaient :

  • Sécurité du pipeline
  • Surveillance des pipelines et intervention en cas de déversement
  • Sécurité maritime
  • Intervention en cas de déversement en milieu marin
  • Environnement naturel
  • Tracé du pipeline
  • Avantages et impacts socio-économiques (en particulier l’emploi et l’approvisionnement)

Nous avons recueilli les questions, les préoccupations et les commentaires des intervenants :

  • La portée et la conception des études environnementales et socio-économiques menées le long du corridor du pipeline et du corridor marin.
  • Avantages et impacts économiques locaux et provinciaux
  • Considérations locales importantes pour la planification, la construction et l’exploitation de la ligne et des installations proposées.
  • Le tracé dans les zones où il n’est pas pratique pour la nouvelle ligne de suivre le droit de passage pipelinier existant.
  • Format et contenu du processus d’engagement
  • Comment le projet proposé pourrait être amélioré.

Prochaines étapes : Nous avons obtenu de précieux renseignements sur les intervenants qui, à leur avis, avaient encore besoin d’information et sur les préoccupations dont ils estimaient qu’il fallait encore s’occuper. Ces commentaires ont influencé la conception du projet proposé et notre demande à l’Office national de l’énergie (ONE). Le rapport complet de la façon dont cette rétroaction a été intégrée à la planification du projet est disponible en ligne et les détails commencent à la page 46.

Principes d’engagement

Les principes suivants ont été et continueront d’être utilisés pour guider l’élaboration et l’exécution du programme de participation des intervenants :

Responsabilisation — S’attaquer aux problèmes au fur et à mesure qu’ils se présentent. Nous croyons que des stratégies efficaces de résolution de problèmes et d’atténuation peuvent être identifiées par le biais d’un engagement avec les intervenants.

Communication — Faciliter la participation des intervenants, écouter et recueillir les commentaires et travailler en collaboration pour résoudre les problèmes. Utiliser de multiples canaux de communication pour répondre aux besoins de communication de divers groupes d’intervenants.

Orientation locale — Chercher à obtenir des commentaires locaux et à comprendre la région, ses habitants, l’environnement et à refléter les valeurs et les attitudes locales dans les communications avec les intervenants.

Avantage mutuel — Chercher des solutions aux défis qui se traduisent par des avantages partagés pour toutes les parties intéressées.

Établissement de relations — Instaurer la confiance du public en demeurant engagé à être un bon voisin dans le but d’établir et de maintenir des relations positives et à long terme avec les intervenants.

Respect — Respecter les valeurs individuelles, reconnaître la légitimité des préoccupations et valoriser l’apport des intervenants.

Réactivité — Utiliser les commentaires et, dans la mesure du possible, fournir une rétroaction en temps opportun aux intervenants sur la façon dont leurs commentaires ont influé sur les plans et les décisions.

Processus partagé — Concevoir notre programme d’engagement et de communication en fonction des commentaires du public, en tenant compte des intérêts des divers groupes d’intervenants, des niveaux de connaissances, du temps et de la méthode d’engagement préférée.

Durabilité — Rendre compte d’un triple bilan des préoccupations sociales, environnementales et économiques soulevées, et déterminer comment ces préoccupations pourraient être traitées.

Calendrier — Lancer les processus de participation le plus tôt possible afin de donner suffisamment de temps aux intervenants pour évaluer l’information et fournir des commentaires.

Transparence — Les engagements pris envers les intervenants seront documentés et respectés. Lorsque nous ne sommes pas en mesure de donner suite aux commentaires, nous fournirons une explication.

Chargement en cours
Chargement en cours