Depuis 1956, Trans Mountain charge des navires-citernes avec du pétrole au terminal maritime de Westridge sans qu’il y ait eu un seul déversement à la suite ce type d’exploitation.

Avec l’expansion, le trafic de navires-citernes vers le terminal maritime de Westridge devrait passer à environ 34 navires-citernes par mois. La taille des navires-citernes faisant escale à Westridge ne changera pas, les plus gros navires-citernes resteront des navires-citernes Aframax. Ces navires continueront d’emprunter la route de navigation commerciale bien établie entre le port de Vancouver et l’océan Pacifique par la mer des Salish.

Dans le cadre de notre demande à l’Office national de l’énergie, nous avons proposé des mesures supplémentaires de contrôle des risques et des améliorations qui s’appuieront sur le régime actuel de sécurité maritime. Une fois mises en œuvre, ces mesures devraient élever le niveau de prudence et de sécurité dans la zone d’étude bien au-delà des normes de transport maritime reconnues à l’échelle mondiale.

Rapport d’étape du domaine maritime

Trans Mountain s’est engagée à fournir des mises à jour sur les engagements, les conditions et la participation des Autochtones dans le domaine maritime. Publié deux fois par an, notre rapport d’étape du domaine maritime fait le point sur les activités maritimes et les principaux engagements et conditions liés au domaine maritime à l’approche de la mise en service du Projet.

Mesures supplémentaires pour atténuer les risques pour la navigation

Trans Mountain a identifié d’autres mesures préventives de contrôle des risques qui permettront d’atténuer davantage les risques liés à l’augmentation du trafic de navires-citernes. Ces mesures, dont certaines sont déjà mises en œuvre et ne dépendent pas du projet, incluent :

  • L’escorte de remorqueurs de navires-citernes chargés en partance sera étendue à l’ensemble de la route de navigation à travers le détroit de Géorgie et entre Race Rocks et la bouée Juliet à l’entrée ouest du détroit Juan de Fuca.
  • Le débarquement des pilotes sera prolongé pour avoir lieu près de Race Rocks, plutôt qu’à Victoria (les pilotes ont été formés pour débarquer par hélicoptère).
  • Des techniques améliorées de connaissance de la situation s’appliqueront, avec :
    • Appels de sécurité par les pilotes et les capitaines des navires-citernes chargés.
    • Avis à l’industrie émis par l’Administration de pilotage du Pacifique.
    • Utilisation tactique d’un remorqueur d’escorte le long de la route de navigation.
    • Programme d’engagement et de sensibilisation à la sécurité nautique dirigé par l’Administration de pilotage du Pacifique.

Téléchargez une fiche d’information pour en savoir plus sur les mesures supplémentaires d’amélioration de la sécurité maritime (en anglais).

Améliorations à l’intervention en cas de déversement d’hydrocarbures dans la mer des Salish

Les améliorations en matière d’intervention sont fondées sur les résultats de l’évaluation des risques, des essais de produits, de la modélisation des déversements d’hydrocarbures et de l’engagement, et créer une zone d’intervention accrue pour la mer des Salish et le détroit de Juan de Fuca. La Western Canada Marine Response Corporation (WCMRC) mettra en œuvre les améliorations et doublera sa capacité d’intervention actuelle tout en réduisant de moitié le délai pour la mise en œuvre des normes de planification existantes.

  • Investissement de plus de 150 millions de dollars dans la WCMRC
  • Création de plus de 100 nouveaux emplois
  • Établissement de huit nouvelles bases d’intervention et ajout de nouveaux navires à des endroits stratégiques le long de la voie maritime sud de la Colombie-Britannique. Deux des bases nécessitent des opérations 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, y compris une nouvelle base dans le port de Vancouver.
  • Les nouvelles bases et les nouvelles ressources d’intervention assureront :
    • La capacité d’intervention résidant dans la mer de Salish sera de 20 000 tonnes - le double de la capacité de niveau 4 de Transports Canada, une capacité additionnelle pourra être mise en branle si nécessaire
    • La réponse initiale se fera dans un délai d’intervention
      • de deux heures en cas d’avis de déversement dans le port de Vancouver
      • de six heures en cas d’avis de déversement à l’extérieur du port, n’importe où entre le port de Vancouver et l’entrée ouest du détroit de Juan de Fuca

Ces propositions d’amélioration de la sécurité maritime, ainsi que de nouveaux renseignements sur les risques et la réduction des risques liés au comportement des hydrocarbures, profiteront à Trans Mountain et à tous les utilisateurs des voies navigables maritimes.

Renseignez-vous sur le plan d’intervention en cas de déversement en milieu marin et sur la couverture de responsabilité civile existante.

Chargement en cours
Chargement en cours