Coût et échéancier du Projet

À ce jour, Trans Mountain a dépensé 2,5 milliards de dollars sur le Projet d’expansion et on prévoit devoir dépenser une somme supplémentaire de 8,4 milliards de dollars pour réaliser le Projet, plus 1,7 milliard de dollars en coûts de portage financier, pour des coûts totaux estimés à 12,6 milliards de dollars. On s’attend à ce que la date de mise en service soit décembre 2022.

Ventilation des coûts du Projet

Le Projet d’aujourd’hui est bien différent du Projet évalué pour la dernière estimation des coûts. On trouve deux grandes catégories, réparties approximativement à 50 % chacune, pour expliquer les variances entre les coûts estimés en 2020 et ceux estimés en 2017 :

  • Précision de la portée et des améliorations, de la gestion des risques et des imprévus du Projet :
  • Impact de la décision de la Cour d’appel fédérale de 2018 :

Depuis 2017, Trans Mountain a effectué des travaux d’ingénierie détaillés et définitifs et a inclus des normes de sécurité et environnementales supplémentaires qui sont conformes au contexte réglementaire actuel et aux 156 conditions de la Régie canadienne de l’énergie. Le gouvernement du Canada a également pris des engagements supplémentaires à la suite de la phase III des consultations avec les groupes autochtones. Il y a également un montant de 500 millions de dollars pour les imprévus, ce qui est approprié pour un projet d’infrastructure à grande échelle de cette taille et de cette complexité. 

Le retardement de la construction pendant environ un an a eu des répercussions importantes sur le budget du Projet. Cette hausse comprend des coûts plus élevés pour l’acquisition de terres, des coûts plus élevés de main-d’œuvre qui reflètent les conditions du marché ainsi que des coûts plus élevés connexes à la sûreté et à la sécurité.

L’entreprise a également recommandé au gouvernement du Canada, en sa capacité de propriétaire et de prêteur, de mettre de côté une réserve supplémentaire de 600 millions de dollars pour les incidences financières qui échappent au contrôle de Trans Mountain. 

Emploi et formation

En date du 31 décembre 2019, Trans Mountain et ses entrepreneurs ont :

  • embauché plus de 2 900 personnes, dont plus de 300 Autochtones.
  • formé plus de 825 personnes, dont plus de 110 Autochtones.
  • dépensé 21 millions de dollars en financement pour l’éducation, la formation, les programmes et les initiatives.
  • consacré près de sept millions d’heures-personnes sur le Projet.

Mise à jour sur les grandes activités et prévisions pour la main-d’œuvre future

Les prévisions actuelles indiquent que 5 500* personnes seront employées pendant les moments forts de la période de construction, soit entre la mi-année et la fin de l’année 2021. Trans Mountain est résolue à prioriser et à optimiser, dans la mesure du possible, l’embauche d’Autochtones et de membres des communautés locales et régionales.

Grandes activités du Projet Activités Date de début Pic de main-d’œuvre
Segment 1
(KP 0-49)
Construction de l’oléoduc en cours Début au T4 de 2019 500 personnes aux T1/T2 de 2020
Segment 2
(KP 49-338)
Construction de l’oléoduc en cours
Défrichage, préparatifs  
Franchissements d’eau sans tranchée
Début au T4 de 2019
Début au T1 de 2020
Début au T3 de 2020
800 personnes aux T3/T4 de 2020
Segments 3 et 4A
(KP 489-610-690)
Projets spéciaux et travaux précoces 
Défrichage des droits de passage et oléoduc
Début au T1 de 2020
T3 de 2020
900 personnes en 2021
Segment 4B
(KP 690-765)
Arpentage et travaux précoces
Défrichage des droits de passage et oléoduc
Début au T1 de 2020 
Début au T3 de 2020
400 personnes aux T1/T2 de 2021
Segment 5A
(KP 806-990)
Projets spéciaux à Kamloops et franchissements d’eau sans tranchée
Défrichage des droits de passage et conduites
Début au T1 de 2020 
Début au T3 de 2020
600 personnes au T4 de 2021
Segment 5B
(KP 990-1075)
Projets spéciaux et travaux précoces
Arpentage et défrichage des droits de passage
Début au T1 de 2020
Début au T3 de 2020
900 personnes aux T3/T4 de 2021 et au T1 de 2022
Segment 6
(KP 1075-1145)
Arpentage, hydrovac et travaux précoces Début au T3 de 2020 300 personnes aux T3/T4 de 2021
Basses terres continentales
(KP 1145-1180)
Construction au Terminal maritime Westridge et au Terminal de Burnaby 
Construction de l’oléoduc, construction de la tête de tunnel, construction du Terminal de Sumas
Début au T3 de 2019
Début au T1 de 2020
1 000 personnes
Stations de pompage et Terminal d’Edmonton Construction en cours Début au T4 de 2019 500 personnes
Réactivation des conduites existantes
(KP338-489; KP 765-806)
Arpentage, hydrovac et digues 
Travail d’intégrité et franchissements d’eau
Début au T1 de 2020 150 personnes
Équipe de projet 1 300 personnes

*Le nombre le plus élevé de personnes prévu qui travaillera sur le projet à un moment donné.

Construction par région

Grand Edmonton

Comprend l’ajout de quatre nouveaux réservoirs de stockage au Terminal d’Edmonton et la construction du segment 1 de l’oléoduc – environ 50 km d’oléoduc.

  • Entrepreneur du Terminal d’Edmonton – Cord
  • Entrepreneur pour le segment 1 de l’oléoduc – SA Energy Group

Yellowhead

Comprend quatre stations de pompage et la construction du segment 2 de l’oléoduc – environ 285 km d’oléoduc.

  • Entrepreneur pour le segment 2 de l’oléoduc – Midwest Pipelines
  • Entrepreneur des stations de pompage – Cord

North Thompson

Comprend trois stations de pompage et trois segments (3, 4A et 4B), ce qui représente environ 275 km de construction d’oléoduc entre le parc provincial Mount Robson et la station de pompage Darfield, au nord de Kamloops.

  • Entrepreneur pour les segments 3 et 4A de l’oléoduc – Ledcor Sicim
  • Entrepreneur pour le segment 4B de l’oléoduc – SA Energy Group
  • Entrepreneur des stations de pompage – Cord

Intérieur de la C.-B.

Comprend la construction du segment 5A de l’oléoduc – environ 185 km d’oléoduc et trois stations de pompage.

  • Entrepreneur pour le segment 5A de l’oléoduc – Surerus Murphy Joint Venture
  • Entrepreneur des stations de pompage – Cord

Coquihalla – Hope

La portion Coquihalla-Hope du Projet comprend la construction du segment 5B de l’oléoduc – environ 85 km d’oléoduc et une station de pompage.

  • Entrepreneur pour le segment 5B de l’oléoduc – Macro Spiecapag Joint Venture
  • Entrepreneur de la station de pompage – Cord

Vallée du Fraser

La Vallée du Fraser Valley comprend la construction du segment 6 de l’oléoduc – environ 70 km d’oléoduc depuis Popkum/Bridal Falls jusqu’à Langley et l’agrandissement du Terminal Sumas à Abbotsford.

  • Entrepreneur pour le segment 6 de l’oléoduc – SA Energy Group
  • Entrepreneur du Terminal Sumas – Kiewit Ledcor Trans Mountain Partnership (KLTP)

Basses terres continentales

La région Basses terres continentales comprend la construction du segment 7 de l’oléoduc – environ 35 km d’oléoduc entre Langley et Burnaby ainsi que l’agrandissement du Terminal de Burnaby et du Terminal marin Westridge et la construction du tunnel de la montagne Burnaby.

  • Entrepreneur du segment 7 de l’oléoduc – Kiewit Ledcor Trans Mountain Partnership (KLTP)
  • Entrepreneur du Terminal de Burnaby, du Terminal marin Westridge, du tunnel de la montagne Burnaby – Kiewit Ledcor Trans Mountain Partnership (KLTP)

Réactivation

Pour réaliser le jumelage complet de l’oléoduc, deux segments qui avaient été conservés à l’état désactivé seront réactivés :

  • Hinton (Alberta) à Hargreaves (C.-B.) : environ 150 km
  • Darfield à Black Pines (C.-B.) : environ 42 km
  • Entrepreneur pour la réactivation – SIMPCW Ledcor
Chargement en cours
Chargement en cours