Pendant l’année inaugurale qui fait l’objet de sa surveillance, le complexe de récifs rocailleux, qui se trouve au Terminal maritime de Westridge, s’anime par des signes prometteurs d’habitation. Installée au printemps 2023, cette dynamique initiative de compensation écologique s’étend sur les zones intertidales et infralittorales des lots d’eau loués du Terminal maritime Westridge et offre un habitat diversifié pour les espèces de poisson et d’invertébrés.

Les lignes de démarcation du complexe de récifs rocailleux sont superposées sur cette photo aérienne de la zone intertidale ouest du Terminal maritime de Westridge.

Qu’est-ce que le complexe de récifs rocailleux?

Le complexe de récifs rocailleux se compose de récifs intégrés, de récifs propices à la fraye et de récifs adaptés aux espèces adultes qui soutiennent tous les différents stades de vie des espèces de poisson et d’invertébrés, y compris le sébaste, la morue-lingue, le saumon, le hareng, le crabe, et l’étoile de mer, de même que les algues encroûtantes, les poissons anémones et le varech. Sa conception intégrée offre des habitats rocailleux qui conviennent à la fois aux organismes juvéniles et adultes. Par exemple, les récifs propices à la fraye revêtent une complexité structurale et servent d’abri aux jeunes poissons en cours de maturation dans la zone intertidale. Ces récifs présentent de petites fissures qui ont pour effet de repousser les gros prédateurs. En même temps, les récifs adaptés aux espèces adultes se composent de couches épaisses de blocs rocheux de taille moyenne à grande, d’où la formation de crevasses qui satisfont aux besoins en matière d’habitat des poissons adultes en eaux plus profondes

Signes de vie

Après l’installation du complexe de récifs rocailleux au printemps 2023, des évaluations initiales ont montré l’émergence d’algues, de crabes et d’étoiles de mer, sans oublier de mentionner que l’on a repéré des poissons juvéniles à proximité des nouveaux récifs. Au cours de deux premiers mois suivant l’installation, on a pu observer des signes nets de vie dans les récifs intertidaux et les récifs infralittoraux peu profonds. Ces zones ont connu une hausse de la population d’invertébrés, y compris davantage de crabes et d’étoiles de mer, de même qu’une prolifération d’algues.

À marée basse le 31 mai 2023, les parties intertidales du Récif propice à la fraye no 1 et du Récif propice à la fraye no 2 sont devenues visibles, pour ainsi montrer des signes précoces de colonisation.
Au cours d’une marée modérée du 6 juillet 2023, on a pu voir les parties intertidales et les parties infralittorales peu profondes du Récif propice à la fraye no 1 et du Récif propice à la fraye no 2. On a observé des algues et des invertébrés.

Installation du complexe de récifs rocailleux

Le complexe de récifs rocailleux est formé d’au plus 10 récifs qui s’étendent sur une superficie de plus de 10 400 m2 – soit environ la superficie d’un îlot urbain. Il consiste en trois couches, dont une couche de litage, une couche de perrés de protection et, selon le type de récif, des roches de carrière et des enrochements de protection de différentes tailles conçus pour protéger la zone intertidale contre l’érosion.

On a créé des perrés de protection dans le but exprès d’assurer la stabilité du complexe de récifs rocailleux. Tout d’abord, on a eu recours à des pennes preneuses et à des petites boîtes dotées de portes, sous l’eau, pour positionner les roches dans un géotextile de haute résistance. On a ensuite utilisé des barges-grues dotées d’un dispositif de levage spécialisé afin de placer de façon stratégique les perrés sur le fond océanique. D’autre équipement, dont des barges de ravitaillement et un convoyeur de déchargement, a permis d’ajouter d’autres couches de roches. 

Pendant l’installation, on a procédé à la pose de rideaux de confinement, au besoin, afin d’éviter que les zones environnantes ne soient incommodées par les sédiments suspendus dans la colonne d’eau.

Avant l’installation des couches de roches pendant la construction du complexe de récifs rocailleux, les perrés de protection situés le long du fond océanique étaient visibles le 27 janvier 2023.

Les roches du complexe de récifs ont été extraites de carrières locales situées à Abbotsford et dans l’inlet Saanich. L’ensemble des contaminants potentiels, des sédiments rocheux et des poussières, dont la taille variait entre 0,2 m et 1 m a été retiré préalablement à l’installation. Pris ensemble, des roches d’un poids supérieur à 39 760 tonnes métriques – soit l’équivalent de 3 000 charges pouvant être transportées par un camion à benne basculante moyen – ont servi à la création du nouvel habitat piscicole!

L’avenir du complexe de récifs rocailleux

Un nouveau programme de surveillance du complexe de récifs rocailleux de 10 ans, dont la gestion est assurée par une équipe qualifiée de biologistes et de plongeurs, surveille le succès du complexe en matière de colonisation. On enregistre des données telles que la taille et la population des poissons et les espèces piscicoles qui fréquentent les récifs infralittoraux et intertidaux, en plus de mener des observations sur les oiseaux et mammifères marins. Ces données se comparent à des renseignements équivalents issus de sites de contrôle voisins. L’efficacité du programme fera l’objet de rapports de surveillance qui seront acheminés à Pêches et Océans Canada au cours des années 1, 2, 4, 6, 8 et 10 suivant l’installation du complexe de récifs rocailleux.

Approuvé par Pêches et Océans Canada en 2017, le complexe de récifs rocailleux s’inscrit dans le cadre de l’Autorisation en vertu de la Loi sur les pêches pour le Projet d’expansion du Terminal maritime Westridge.

Chargement en cours
Chargement en cours