Sur la majeure partie du tracé de l’oléoduc agrandi de Trans Mountain, on utilise une méthode de construction à ciel ouvert, c’est-à-dire que la conduite est déposée dans une tranchée et enterrée.

Mais parfois, il n’est pas possible de creuser une tranchée.

L’accent mis sur la protection de l’environnement et la réduction des impacts a conduit à des innovations et à des progrès dans les techniques de construction des oléoducs, comme les franchissements sans tranchée qui impliquent le forage ou le creusement d’une galerie souterraine pour installer la canalisation.

Les méthodes sans tranchée représentent un outil clé pour construire les importants projets d’oléoduc et permettre de traverser en toute sécurité sous les cours d’eau, les zones environnementales sensibles, les sites archéologiques, les voies ferrées, les autoroutes, les routes principales et dans les endroits où l’espace de travail est restreint, comme dans certaines zones urbaines. Elles minimisent ou éliminent les perturbations du sol et atténuent considérablement l’impact sur les activités quotidiennes normales et les cycles de circulation.

Les équipes effectueront près de 75 franchissements majeurs sans tranchée et plus de 400 franchissements mineurs sans tranchée le long du nouveau tracé de l’oléoduc, qui s’étend d’Edmonton (Alberta) à Burnaby (Colombie-Britannique). Plusieurs méthodes sans tranchée sont utilisées et on en choisit une en fonction des conditions géotechniques, de la topographie, de l’espace de travail disponible et de la distance à franchir.

Voici un aperçu de cinq techniques sans tranchée utilisées pour le Projet d’expansion :

Franchissements sans tranché majeurs

Forage directionnel horizontal (FDH)

Forage directionnel horizontal pour le Projet d’expansion en Alberta.

Le FDH est une méthode sans tranchée largement utilisée pour installer des oléoducs, souvent sous des rivières, des routes ou d’autres éléments de surface. La technique consiste à installer une foreuse FDH d’un côté du franchissement, à réaliser un trou pilote, puis à agrandir successivement le trou de forage à l’aide d’alésoirs. La canalisation est assemblée et soudée du côté opposé au dispositif de forage, et quand le diamètre final du trou de forage est atteint, la canalisation produite est raccordée au train de tiges et tiré dans le trou de forage.

Microtunnelage (MT)

Microtunnelier près de l’autoroute 1. Ce franchissement permettra de relier la construction du Projet d’expansion au terminal de Kamloops.

Le microtunnelage est une technique de franchissement avancée qui utilise des vérins hydrauliques et un tunnelier pour pousser des segments de tubage en béton à travers le sol. L’oléoduc est ensuite tiré en toute sécurité à travers le tunnel créé par le tubage en béton.

Installation par DirectPipe® (IDP)

L’IDP se veut une méthode hybride de FDH et de microtunnelage. Elle combine les avantages de ces technologies en utilisant un microtunnelier à guidage directionnel (MGD) fixé sur le bord avant de la canalisation produite ou du tubage. Cette technique implique la mise en place d’un propulseur de tube du côté de lancement du franchissement, qui pousse la combinaison canalisation et MGD le long d’un alignement courbe prédéterminé du tunnel. La section canalisation est généralement entièrement soudée au préalable, ou divisée en longs segments, en fonction de l’espace de travail disponible. Quand l’opération est terminée, le MGD est déconnecté et l’équipement interne de contrôle et de traitement des boues est retiré, pour laisser en place la canalisation produite ou un tubage.

IDP dans l'Intérieur de la Colombie-Britannique.

Franchissements sans tranché mineurs

Perçage directionnel horizontal (PDH)

Cette méthode ressemble au FDH, mais sert généralement à forer sous des obstacles plus petits, comme des infrastructures de services publics ou de surface. Elle utilise un appareil de FDH de petite à moyenne taille, et la longueur du forage est généralement de 20 et 250 mètres. Cette technique est similaire à celle du FDH, en ce sens qu’il y a un trou pilote et des passes d’alésage ultérieures avant de tirer la canalisation. La canalisation produite est tirée entre deux trous de cloche excavés. L’alignement d’un PDH n’introduit généralement pas de courbure dans le profil de forage.

Forage à la tarière

L’une des formes les plus anciennes de technologie sans tranchée, le forage à la tarière sert principalement à traverser des voies ferrées ou des zones où il n’y a pas assez de place pour installer un engin de FDH.

Il s’agit d’une méthode sans tranchée pour laquelle des tarières rotatives placées dans une enveloppe en acier sont utilisées pour transporter les matériaux excavés jusqu’à un puits de fonçage en vue de leur enlèvement. Les fraises situées sur le bord d’attaque des pales de la tarière peuvent être adaptées aux conditions du sol ou de la roche. Des vérins hydrauliques ou un système de chenilles situé dans la fosse / le puits de fonçage servent à propulser les tarières et le tuyau de fonçage vers l’avant. Pendant que la tête de coupe creuse le trou, la canalisation est poussée simultanément dans le trou.

Tête de coupe de la foreuse à la tarière.
Chargement en cours
Chargement en cours