Solides résultats trimestriels et progression continue de l’expansion

Aujourd’hui, la Corporation Trans Mountain (« CTM ») a publié sur son site Web ses états financiers et le rapport de gestion qui s’y rattache pour le trimestre et le semestre clos le 30 juin 2021. Les résultats financiers de la Corporation sont aussi inclus dans les états financiers trimestriels consolidés de la Corporation de développement des investissements du Canada.

Le résultat net pour le trimestre clos le 30 juin 2021 a augmenté de 33,3 M$, pour s’établir à 63,1 M$ contre 29,8 M$ pour la période correspondante de l'exercice précédent. La hausse s'explique principalement par l’augmentation de 44,1 M$ de la composante liée au coût des capitaux propres de la PFUPC (la « provision pour les fonds utilisés pendant la construction ») découlant des dépenses affectées au projet d’agrandissement de Trans Mountain (le « PARTM ») et par une augmentation de 0,4 M$ du BAIIA ajusté, augmentations en partie annulées par la hausse de 10,7 M$ de la charge d’impôt sur le résultat, attribuable à un accroissement du résultat avant impôt.

Le résultat net du semestre clos le 30 juin 2021 a augmenté de 59,4 M$ pour s’établir à 114,4 M$, comparativement à 55,0 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent. La hausse découle principalement de l’augmentation de 81,3 M$ de la composante liée au coût des capitaux propres de la PFUPC, en raison des dépenses liées au projet d’agrandissement, augmentation qui a été en partie annulée par l’accroissement de 19,3 M$ de la charge d’impôt sur le résultat, attribuable à une augmentation du résultat avant impôt, par la hausse de 2,2 M$ de la charge d’intérêts et par la baisse de 2,0 M$ du BAIIA ajusté.

Le pipeline a fonctionné à capacité maximale, avec un débit moyen pendant le trimestre d’environ 336 000 barils par jour pour la conduite principale, 36 000 barils par jour au terminal maritime Westridge et 215 000 barils par jour pour le pipeline Puget vers l’État de Washington. Le pipeline Trans Mountain a fonctionné à capacité maximale tout au long de 2020 et durant le premier semestre de 2021.

« Au cours du premier semestre de 2021, la performance opérationnelle et financière de la société a fait suite à la solide performance réalisée en 2020, bénéficiant d’une demande constante et continue pour l’accès aux marchés desservis par le réseau pipelinier Trans Mountain, a déclaré Ian Anderson, président et chef de la direction de Trans Mountain Corporation. Alors que la situation économique au Canada et dans le reste du monde commence à se remettre des incidences de la COVID-19, nous sommes bien positionnés pour continuer à fonctionner à capacité maximale de façon sécuritaire. »

« Les travaux de construction du projet d’expansion étaient achevés à environ 30 % à la fin du trimestre et, en incluant les activités préalables à la construction, nous avions achevé plus de 50 % de l’ensemble du projet. Des progrès importants ont été réalisés à nos installations et terminaux, lesquels sont achevés entre 35 % et 45 %. Bon nombre d’activités clés sont en cours, y compris le forage du tunnel au mont Burnaby, et progressent, a ajouté Ian Anderson. Les travaux en cours du côté du pipeline ont rencontré quelques problèmes en raison des conditions environnementales, notamment la chaleur intense et les risques de feux de forêt. Nous sommes toutefois heureux d’avoir franchi une étape clé en juillet, après l’installation de nouvelles conduites souterraines sur une distance de 200 kilomètres. Nous prévoyons un été et un automne chargés pour la canalisation le long de l’ensemble du tracé. »

En date du 30 juin 2021, 13 640 personnes avaient été embauchées pour le projet d’agrandissement, dont 1 470 personnes, soit plus de 10 %, étaient autochtones, dont environ 9 400 personnes qui travaillent activement sur le projet dans des centaines de collectivités en Colombie-Britannique et en Alberta.

Depuis le lancement du projet, des dépenses en capital de 8,4 G$ avaient été engagées à la fin du deuxième trimestre de 2021, dont un total respectif de 1,3 G$ et de 2,3 G$ pour le trimestre et le semestre clos le 30 juin 2021. Les dépenses engagées à ce jour au titre du projet d’agrandissement comprennent aussi les coûts préalables à la construction liés à l’obtention des permis, aux processus réglementaires, aux questions juridiques et aux matériaux (comme les tuyaux, les valves, les bâtiments et les moteurs) et les coûts de financement.

Trans Mountain vise l’achèvement des installations mécaniques pour la majeure partie du projet d’ici la fin de 2022, les activités commerciales devant commencer peu après. CTM devrait réaliser un BAIIA ajusté d’environ 1,5 G$ pour la première année d’exploitation complète du PARTM, qui devrait augmenter annuellement par la suite. Ces projections sont soutenues par des engagements contractuels à long terme visant 80 % de la capacité de 890 000 barils par jour du réseau.

En juillet, la Régie de l’énergie du Canada a approuvé une demande de modification du tracé de rechange ouest dans la vallée de Coldwater en Colombie-Britannique. Plus de 98 % du tracé a été approuvé, ce qui laisse moins de 2 % de l’ensemble du tracé en attente des approbations réglementaires.

Au début de juillet, Trans Mountain a publié son tout premier rapport sur les critères ESG décrivant les résultats et les aspirations de la Corporation sous l’angle des principes environnementaux, sociaux et de gouvernance. Trans Mountain établira des cibles en vue de la réduction/compensation de nos émissions. Nos cibles appuieront l’ambition du gouvernement du Canada d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050.

Pour consulter la version intégrale des états financiers et du rapport de la direction, cliquez ici. Pour consulter le rapport trimestriel de la Corporation de développement des investissements du Canada, cliquez ici.

Mesures non conformes aux PCGR

Nous avons recours à certaines mesures financières qui n’ont pas de signification normalisée prescrite par les PCGR des États-Unis, car nous croyons qu’elles permettent à la direction de mieux évaluer nos résultats d’exploitation et comparer les résultats d’une période à l’autre. Ces mesures sont appelées mesures non conformes aux PCGR, et elles peuvent différer des mesures présentées par d’autres entités. Le BAIIA ajusté (bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement et composante liée au coût des capitaux propres de la PFUPC) est une mesure non conforme aux PCGR que nous utilisons pour évaluer la performance de nos activités d’exploitation abstraction faite de l’incidence des décisions de financement, de l’amortissement sans effet sur la trésorerie et de la composante liée au coût des capitaux propres de la PFUPC sans effet sur la trésorerie.

La PFUPC (provision pour les fonds utilisés pendant la construction) est un montant qui est comptabilisé par les entités à tarif réglementé afin de refléter le rendement du capital investi (capitaux propres et capitaux empruntés) dans les travaux de construction en cours.

Chargement en cours
Chargement en cours