Résultats trimestriels conformes aux attentes et progression soutenue du projet d’expansion

Aujourd’hui, la Corporation Trans Mountain (« CTM ») a publié sur son site Web ses états financiers et le rapport de gestion qui s’y rattache pour le trimestre et le semestre clos le 30 juin 2022. Les résultats financiers de la Corporation sont aussi inclus dans les états financiers trimestriels consolidés de la Corporation de développement des investissements du Canada.

Le résultat net du trimestre clos le 30 juin 2022 a augmenté de 65,7 M$, pour s’établir à 128,8 M$, comparativement à 63,1 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent. L’augmentation est attribuable à l’accroissement de 76,6 M$ de la composante liée au coût des capitaux propres de la PFUPC, à la baisse de 8,9 M$ de la charge d’intérêts, déduction faite des intérêts incorporés, et à la hausse de 0,4 M$ du BAIIA ajusté, facteurs en partie contrebalancés par la hausse de 21,5 M$ de la charge d’impôt sur le résultat et la hausse de 0,3 M$ de la dotation aux amortissements. Le reste de la variation du résultat net est lié aux fluctuations des écarts de change et à d’autres éléments.

Le résultat net du semestre clos le 30 juin 2022 a augmenté de 121,6 M$ pour s’établir à 236,0 M$, contre 114,4 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent. L’augmentation est attribuable à l’accroissement de 143,7 M$ de la composante liée au coût des capitaux propres de la PFUPC et à la diminution de 19,3 M$ de la charge d’intérêts, déduction faite des intérêts incorporés, en partie contrebalancés par l’augmentation de 40,0 M$ de la charge d’impôt sur le résultat, la diminution de 1,6 M$ du BAIIA ajusté et l’augmentation de 0,9 M$ de la dotation aux amortissements. Le reste de la variation du résultat net est lié aux fluctuations des écarts de change et à d’autres éléments.

Le pipeline a fonctionné à capacité maximale au cours du trimestre, avec un débit quotidien moyen d’environ 325 000 barils par jour pour la conduite principale, dont 31 000 barils par jour au terminal maritime Westridge et 218 000 barils par jour pour le pipeline Puget vers l’État de Washington. La capacité des pipelines a été échelonnée sur l’exercice 2022, les barils désignés pour circuler sur le réseau chaque mois ayant dépassé la capacité disponible.

« Les performances de la société sur les plans financier et opérationnel sont demeurées solides pour le premier semestre de 2022. La demande d’accès aux marchés desservis par Trans Mountain, y compris son accès unique à la côte, est constante, a déclaré Rob Van Walleghem, président par intérim de CTM. Toujours avec la sécurité en tête, nous continuons de nous concentrer sur la construction du projet d’expansion et sur l’exploitation de la ligne existante tout en respectant nos priorités stratégiques pour 2022. »

« Les travaux dans nos stations et nos installations de pompage sont achevés à plus de 85 %, tandis que la construction dans le Lower Mainland est achevée à environ 70 %. Dans l’ensemble, la construction du pipeline est achevée à plus de 50 %, avec plus de 550 kilomètres de canalisation souterraine. Nous franchissons des étapes importantes dans chaque région, a ajouté M. Van Walleghem. Le tunnel de Burnaby Mountain, un tunnel de 2,6 kilomètres reliant le terminal de Burnaby et le terminal maritime de Westridge, est maintenant à moitié complété. Dans l’ensemble, nous prévoyons que la construction du projet progressera de façon importante tout au long de l’été et de l’automne, et nous prévoyons que 80 % de la construction sera terminée d’ici la fin de 2022. »

Au 30 juin 2022, le projet dans son ensemble, y compris les coûts initiaux liés à l’obtention des permis et des approbations réglementaires, à l’achat anticipé de matériaux, ainsi que les coûts de possession, est achevé à environ 65 %. La construction est complétée à plus de 60 % et des dépenses en capital de 15,9 G$ ont été engagées, dont des montants totalisant respectivement 2,2 G$ et 4,3 G$ pour le trimestre et le semestre clos le 30 juin 2022. Trans Mountain s’attend à connaître un pic de construction pour le projet d’agrandissement en 2022, avec des milliers de personnes travaillant sur des centaines de sites en Alberta et en Colombie-Britannique. Jusqu’à présent, Trans Mountain et ses sous-traitants ont embauché environ 24 000 personnes, dont plus de 10 % étaient autochtones. Au 30 juin 2022, 13 535 personnes travaillent sur le projet dans des centaines de collectivités en Colombie-Britannique et en Alberta.

Trans Mountain prévoit que le projet devrait être achevé au quatrième trimestre de 2023. De plus, Trans Mountain devrait réaliser un BAIIA ajusté d’environ 1,7 G$ pour la première année d’exploitation complète du projet d’agrandissement, qui devrait augmenter annuellement par la suite. Ces projections sont soutenues par des engagements contractuels à long terme visant 80 % de la capacité de 890 000 barils par jour du réseau.

Au cours du trimestre, Trans Mountain a publié son deuxième rapport sur les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), décrivant les résultats et les aspirations de la Corporation sous l’angle des principes ESG. Bien que les émissions de gaz à effets de serre (« GES ») associées à l’exploitation d’un pipeline soient relativement faibles, Trans Mountain établit des cibles de réduction et de compensation de ses émissions de niveau 1 et de niveau 2, ce qui permettra de soutenir l’objectif du gouvernement du Canada d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.

Pour consulter la version intégrale des états financiers et du rapport de la direction, cliquez ici. Pour consulter le rapport trimestriel de la Corporation de développement des investissements du Canada, cliquez ici.

Mesures conformes aux PCGR et non conformes aux PCGR

Nous avons recours à certaines mesures financières qui n’ont pas de signification normalisée prescrite par les PCGR des États-Unis, car nous croyons qu’elles permettent à la direction de mieux évaluer nos résultats d’exploitation et comparer les résultats d’une période à l’autre. Ces mesures sont appelées mesures non conformes aux PCGR, et elles peuvent différer des mesures présentées par d’autres entités. Le BAIIA ajusté (bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement et composante liée au coût des capitaux propres de la PFUPC) est une mesure non conforme aux PCGR que nous utilisons pour évaluer la performance de nos activités d’exploitation abstraction faite de l’incidence des décisions de financement, de l’amortissement sans effet sur la trésorerie et de la composante liée au coût des capitaux propres de la PFUPC sans effet sur la trésorerie.

La PFUPC (provision pour les fonds utilisés pendant la construction) est un montant qui est comptabilisé par les entités à tarif réglementé aux termes des PCGR des États-Unis afin de refléter le rendement du capital investi (capitaux propres et capitaux empruntés) dans les travaux de construction en cours.