Ce qu’il s’est passé

Le 15 juillet 2005, une fuite de pétrole brut léger a été identifiée dans un pipeline de transfert enfoui de 20 pouces reliant la station de Sumas de Trans Mountain aux réservoirs Trans Mountain de Sumas à Abbotsford (C.-B.). Environ 210 m3 de pétrole se sont déversés sur la propriété environnante.

La cause fondamentale de la rupture du pipeline était le stockage non autorisé de terre (remblai) sur une propriété privée voisine, ce qui a entraîné la rupture des tourbières sous-jacentes et leur déplacement latéral. Le pipeline s’est déformé à cause du mouvement du sol, ce qui a entraîné la fuite.

Le pétrole alors libéré s’est déversé dans un petit ruisseau et s’est déplacé vers l’aval sur une distance d’environ 750 mètres. La fuite et les mesures correctives subséquentes ont concerné une superficie de 14 300 m2 de terres humides, de cours d’eau et d’habitat riverain.

Nettoyage et assainissement

Dès que le déversement a été détecté, nous avons fermé le pipeline pour les réparations nécessaires et pour permettre un accès sécuritaire et des mesures correctives dans la zone entourant le pipeline. Les premiers intervenants ont construit plusieurs barrages à déversoirs à l’intérieur du cours d’eau pour empêcher la migration du pétrole vers l’aval.

Un plan de restauration et un programme de surveillance à long terme ont été élaborés et finalisés à la suite de discussions entre Trans Mountain, le ministère des Pêches et Océans Canada, le ministère de l’Environnement de la Colombie-Britannique et l’Office national de l’énergie (ONE). Les objectifs de restauration comprenaient le rétablissement d’un chenal fonctionnel et la restauration de tout l’habitat aquatique et terrestre perturbé.

Le Programme de surveillance à long terme a évalué le succès de la restauration sur une base annuelle pendant une période de cinq ans afin de déterminer si l’incident a eu des effets à long terme ou résiduels sur les ressources biologiques et la qualité de l’habitat. Nous avons terminé la surveillance à long terme du site en 2012 et les résultats indiquent que la restauration a été un succès.

Prévenir les problèmes futurs

La cause de cette fuite était due à des activités à l’extérieur de la zone de sécurité prescrite de 30 mètres du pipeline. En réponse au déversement, notre Programme de gestion des risques naturels a été élargi afin d’inclure l’identification des endroits où les sols pourraient être susceptibles d’être déplacés latéralement à cause de charges adjacentes. Cette identification assure l’élaboration de plans de protection propres aux sites.

Des patrouilles aériennes régulières surveillent le droit de passage du pipeline et signalent les détails de toute activité de construction à proximité du pipeline. Les groupes Protection des pipelines et Services techniques de Trans Mountain font un suivi pour déterminer s’il peut y avoir des risques de chargement externe à l’endroit signalé.

L’accent a également été mis sur le dégagement du droit de passage dans les zones de végétation à croissance rapide afin d’assurer un accès facile et une observation aérienne fiable de tout problème potentiel.

Chargement en cours
Chargement en cours