Ce qu’il s’est passé

Le 24 juillet 2007, une pelle rétrocaveuse exploitée par un tiers entrepreneur a accidentellement rompu le pipeline Trans Mountain transportant du pétrole brut jusqu’au terminal maritime de Westridge, ce qui a entraîné le déversement de pétrole brut sur Inlet Drive et dans la zone résidentielle environnante de Burnaby (C.-B.). Une partie du pétrole a pénétré dans le réseau d’égout pluvial et a été déversée directement dans la Baie Burrard. Trois zones générales ont été touchées par ce déversement : 

  • Zone résidentielle
  • L’estran de la Baie Burrard
  • Ruisseau Kask

Environ 224 m3 de pétrole brut synthétique lourd ont été déversés, dont environ 40 % ont pénétré dans le réseau d’égout pluvial et ont atteint la Baie Burrard par les émissaires pluviaux riverains, un émissaire pluvial submergé et le ruisseau Kask. Le point d’entrée principal était un égout pluvial submergé à 100 mètres à l’ouest de la jetée Trans Mountain (qui fait partie du terminal maritime de Westridge), où le pétrole remontait à la surface.

Nettoyage et assainissement

Environ 95 % (210 m3) des hydrocarbures déversés ont été récupérés. On estime que 5,5 m3 n’ont pas été récupérés et qu’ils ont été rejetés dans le milieu marin. À la suite du déversement, la surveillance continue de la flore et de la faune marines a montré un très bon rétablissement dans la zone touchée.

Zone résidentielle

Au moment de l’incident, Kinder Morgan Canada (KMC) possédait et exploitait le pipeline Trans Mountain. Un membre du public a contacté le centre de contrôle central de la KMC sur sa ligne d’urgence quelques minutes après la rupture de la canalisation. Le personnel d’exploitation de la KMC à Edmonton, Burnaby et Westridge a immédiatement commencé à prendre des mesures pour fermer la canalisation de pétrole brut Westridge et le pipeline de kérosène à proximité.

Le service d’incendie de Burnaby a également reçu une alarme par l’intermédiaire du 911 et est arrivé sur les lieux pour commencer à prendre des mesures d’urgence pour contrôler et contenir les matières déversées, sécuriser le site, contrôler la circulation et protéger le public. Le coordonnateur de l’environnement, de la santé et de la sécurité de la KMC a fait les premiers relevés de la qualité de l’air et a tenu une séance d’information sur la sécurité sur le site à l’intention de deux membres du personnel de la KMC qui avaient été envoyés pour effectuer une surveillance continue de l’air.

Le service d’incendie de Burnaby et la GRC ont évacué environ 225 personnes de la zone touchée à la suite de l’incident. Plus de la moitié de ces personnes sont rentrées chez elles dans la nuit du 24 juillet. On estime que 101 personnes évacués appartenant à 42 familles ont passé la nuit du 24 juillet dans un logement autre que leur domicile (amis, parents, hôtel ou motel). Les résidents des maisons les plus touchées ont été logés dans des logements de remplacement à plus long terme aménagés et financés par Kinder Morgan Canada.

Dans les jours qui ont suivi l’incident, une évaluation des propriétés résidentielles a classé huit propriétés résidentielles comme fortement mazoutées, 15 comme modérément mazoutées et 21 comme légèrement mazoutées. Toutes les propriétés touchées ont fait l’objet d’efforts de restauration pour tenter de les remettre dans un état équivalent ou meilleur qu’avant le déversement. D’importants travaux d’aménagement paysager ont été nécessaires sur plusieurs propriétés et des plantations améliorées ont été installées. Une résidence a fait l’objet d’importantes rénovations tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

L’estran de la Baie Burrard

La Western Canada Marine Response Corporation (WCMRC) est intervenue dans l’heure qui a suivi le déversement et a commencé à disposer des barrières de pollution dans les zones maritimes dans les 45 minutes qui ont suivi le déversement d’hydrocarbures sur le rivage par l’émissaire de l’égout pluvial. 

La Technique d’évaluation pour la restauration des rives (TERR) a été utilisée pour identifier les rivages pollués, établir des méthodes de nettoyage et fixer des priorités. Le rétablissement et la réhabilitation de la faune touchée ont été effectués au moyen de relevés quotidiens pendant six semaines après le déversement. 

Des relevés par hélicoptère de la Baie Burrard de Port Moody à Indian Arm et vers l’ouest jusqu’au First Narrows ont eu lieu du 27 juillet au 2 août, puis de nouveau le 7 août pour déterminer la répartition des nappes et tâches d’hydrocarbures et des rivages touchés. Les intervenants ont utilisé ces informations pour affecter des équipes de nettoyage à des zones spécifiques. 

Le nettoyage des rives s’est poursuivi entre le 25 juillet et le 5 septembre, et les hydrocarbures ont été retirés de 15 000 mètres de rivage, la majeure partie des matières déversées étant concentrée dans une bande de 2 500 mètres entre la jetée Shell et le parc marin de Barnet.

Techniques de nettoyage d’urgence mises en œuvre : 

  • Barrière de pollution — pour contenir le pétrole autour des points de rejet et aussi pour protéger les rivages sensibles. 
  • Écumeurs et tampons absorbants pour éliminer les hydrocarbures. 
  • Enlèvement manuel des boulettes de goudron, des débris mazoutés et du fucus mazouté (un type d’algues marines que l’on trouve couramment le long des rivages rocailleux de la région).

Efforts de nettoyage post-urgence mis en œuvre :

  • Rinçage des égouts pluviaux et sanitaires, des puisards et des regards avec de l’eau chaude ou froide, ou dans certains cas avec de la vapeur. Le nettoyage des égouts a été vérifié par l’inspection par caméra qui a suivi. Tout a été achevé en août 2007.

Travaux environnementaux post-urgence mis en œuvre :

  • Nettoyage de deux zones riveraines rocheuses à Westridge au moyen d’une formule de nettoyage des berges (août 2007).
  • Agitation (labourage) de sédiments intertidaux à Westridge (mai 2008)
  • Agitation des sédiments à la sortie d’un émissaire sous-marin du réseau d’égout pluvial du Grand Vancouver, au large du terminal maritime de Westridge (février 2009).

Une équipe TERR composée de représentants des Premières nations, de Port Metro Vancouver et de fonctionnaires fédéraux, provinciaux et municipaux a ratifié que le nettoyage du rivage respectait les objectifs de rétablissement prédéfinis. 

Critères d’évaluation :

  • Le plan d’assainissement approuvé pour les zones à forte utilisation, les rives accessibles au public et les zones de ressources culturelles et archéologiques sensibles a été respecté à l’été 2007. 
  • Les objectifs des rives industrielles (à l’exception du terminal maritime de Westridge) ont été atteints au printemps 2008. 
  • Les objectifs de rétablissement du rivage industriel du terminal maritime de Westridge ont été respectés après l’achèvement des travaux d’assainissement supplémentaires en mai 2008.

Un programme de surveillance à long terme a été élaboré après le déversement de juillet 2007, afin de surveiller la remise en état des zones touchées, d’évaluer les changements dans les niveaux de contaminants provenant des hydrocarbures déversés dans le milieu marin et d’évaluer les effets potentiels sur les organismes marins. Le programme de surveillance à long terme a débuté en 2008 et se poursuivra chaque année jusqu’à ce que tous les paramètres de rétablissement soient atteints dans le milieu marin et que les intervenants aient approuvé le programme. Les résultats de la surveillance sont évalués chaque année afin de déterminer si d’autres mesures correctives sont nécessaires. Jusqu’à présent, cinq des six composantes ont atteint les objectifs de rétablissement. Les éléments dont les objectifs ont été respectés sont les suivants : eau, sédiments intertidaux, crabes, sédiments subtidaux et fucus; il y a des niveaux résiduels de contamination dans les moules qui n’ont pas encore atteint les objectifs convenus. La surveillance de toutes ces composantes se poursuit à l’heure actuelle.

En 2007, deux secteurs de Westridge et du parc maritime Barnet ont été assainis par l’enlèvement du fucus mazouté et du biote associé (collecte d’organismes). Depuis 2008, il y a eu recolonisation. En 2009, 2010 et 2011, la couverture de Fucus aux sites impactés a augmenté, et l’abondance et la diversité des algues vertes et rouges, et des invertébrés (balanes, moules, mollusques de pâturage, crabes de rivage) étaient plus importantes aux sites impactés qu’aux sites de référence


Ruisseau Cask

Le nettoyage du ruisseau Kask a commencé le 28 juillet 2007. Des camions aspirateurs ont été utilisés pour aspirer le pétrole à partir du haut et du bas du ruisseau. Le rinçage contrôlé du ruisseau cinq fois avec de l’eau a permis d’enlever les éventuels hydrocarbures mobiles en aval. Un suivi supplémentaire a eu lieu le 3 août 2007, avec enlèvement de la végétation mazoutée et des débris du chenal, puis rinçage à l’eau chaude.

D’autres mesures d’assainissement ont été mises en œuvre :



  • Rinçage des drains pluviaux menant au ruisseau Kask (fin août 2007)
  • Remplacement d’un ponceau mazouté à un croisement routier près de l’estran par la ville de Burnaby et enlèvement d’un mètre cube de sol et de sédiments en amont du ponceau de la voie ferrée (septembre 2007).
  • Identification et délimitation des zones contaminées en octobre 2007 et juin 2008 et assainissement en août 2009. L’assainissement comprenait l’excavation des sols et des sédiments contaminés d’une section de 65 mètres du ruisseau et de la zone adjacente avec des pelles et une aspiration sous vide, le remblayage des zones excavées avec des enrochements et des galets, le remplacement des aulnes enlevés dans un rapport de 2:1 et l’ensemencement hydraulique et le paillage pour stabiliser les sols exposés.

La surveillance à long terme n’était pas nécessaire pour le ruisseau Kask, car l’assainissement a permis d’éliminer les hydrocarbures liés à l’incident et, par conséquent, la possibilité d’effets à long terme.


De plus amples détails sur le nettoyage et l’assainissement se trouvent ici, dans le rapport Sommaire quinquennal de l’assainissement et de ses effets (en anglais).



Prévenir les problèmes futurs



Bien que les propriétaires et les exploitants de pipelines ne contrôlent pas toujours les activités des tiers, la prévention des dommages et la sensibilisation du public à l’égard du pipeline est un domaine d’intérêt important pour les processus et le personnel de sécurité du pipeline Trans Mountain.


En réponse à l’incident, Kinder Morgan a apporté des changements fondamentaux à la structure organisationnelle sur le terrain, avec la formation du Groupe de protection du pipeline, un groupe dont l’unique objectif est la protection du pipeline. Le Groupe de protection du pipeline est responsable de la signalisation indiquant l’emplacement du pipeline, des patrouilles de pipelines et de l’autorisation de perturbation du sol à proximité du pipeline.


À la suite de l’incident, le Groupe de protection du pipeline a mis davantage l’accent sur la promotion de l’utilisation du numéro d’appel unique de la C.-B. (Appelez avant de creuser) et a organisé des programmes de sensibilisation du public et de la communauté.


De plus, la fréquence de surveillance dans les basses-terres continentales a été augmentée, en utilisant à la fois des patrouilles aériennes et terrestres.

Chargement en cours
Chargement en cours